Ecoutez Radio Sputnik
    Une zone de libre-échange USA-UE : les « pour » et les « contre »

    Une zone de libre-échange USA-UE : les « pour » et les « contre »

    © Flickr.com/openDemocracy/cc-by-sa 3.0
    Economie
    URL courte
    0 801

    La déclaration du président des États-Unis Barack Obama selon laquelle son pays entame le dialogue avec l'Union Européenne sur la conclusion d’un accord transatlantique de libre-échange est aussi bruyante que floue.

    Selon Barack Obama, la création d’une zone de libre échange les États-Unis et l'Europe pourrait offrir aux Américains des millions de nouveaux emplois. Piotr Iskenderov, commentateur à La Voix de la Russie, estime qu'il existe des deux côtés de l'Atlantique ne nombreuses pierres d’achoppement sur la voie d’un partenariat stratégique aussi large.

    Selon les témoignages des médias américains, les États-Unis n’iront pas plus loin que la suppression des taxes sur le commerce des marchandises, dont la part atteint aujourd'hui en moyenne 3-4 %. Toutes les négociations et les discussions à ce sujet concernent surtout les intérêts des corporations multinationales et pas les gouvernements. Les corporations poursuivant leurs propres objectifs financiers, a expliqué à La Voix de la Russie Boris Kagarlitsky, directeur de l'Institut russe de la mondialisation et des mouvements sociaux. D'après lui, la situation actuelle contribue plus à la croissance du chaos qu’à la conclusion d’accords commerciaux et économiques globaux :

    « Tout cela pouvait marcher plus ou moins bien tant que l'économie mondiale elle-même était en hausse. Maintenant que l'économie mondiale dans certains segments s’effondre ou stagne, les compagnies multinationales appellent les gouvernements à faire quelque chose et à corriger la situation. Mais les gouvernements ne peuvent sont dans l’incapacité d’agir, puisque les corporations ont accaparé les leviers d'influence sur les processus en cours ».

    En principe, l'idée de zones de libre-échange est populaire dans le monde. Ainsi, les États-Unis ont signé un accord de ce type avec la Corée du Sud. L’Accord de Libre échange nord-américain (A.L.E.N.A), entré en vigueur le 1er janvier 1994, crée une zone de libre-échange entre les États-Unis, le Canada et le Mexique. Et il n’est pas question d’une action ponctuelle, mais bien d’un processus de longue durée et complexe de rapprochement et d’unification de la théorie commerciale et économique et de la pratique. Il est évident que dans le cas d’une zone de libre-échange Etats-Unis-UE, un nombre beaucoup plus grand de problèmes se poseront. T

    Lire aussi:

    Le ministère US du Commerce attend les recommandations de Trump sur l’ALÉNA
    Libre-échange: Trump comprend (enfin) que l’UE ne se résume pas à l’Allemagne
    Les USA poussent Pékin, Tokyo et Séoul à accélérer la création d’une zone de libre-échange
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik