Ecoutez Radio Sputnik
    Les perspectives post-olympiques de Sotchi

    Les perspectives post-olympiques de Sotchi

    © Photo : La Voix de la Russie
    Economie
    URL courte
    0 01

    Le gouvernement de Russie, quand la candidature de Sotchi pour les XXIIe Jeux olympiques d’hiver était encore en préparation, envisageait déjà les perspectives post-olympiques. Comme l’a déclaré le président du Comité Olympique de la Fédération de Russie, Alexander Zhukov : « Après les JO, Sotchi sera la première station de ski russe de classe mondiale. Nous avons l’objectif de créer à Sotchi de nouveaux emplois, d’y attirer des touristes, et donc des recettes pour le budget de la ville. »

    Le programme intitulé « L’Héritage post-olympique » est prêt depuis longtemps, et pour ce qui est du futur des installations sportives, tout est très clair. Ce sont le ministère des Sports de Russie, l’administration de la région de Krasnodar et celle de Sotchi qui en seront responsables, et assureront leur financement. Ce faisant, le ministre du Développement régional, Igor Slyunyaev, est par exemple convaincu que beaucoup d’installations sportives seront capables de s’autofinancer, si les compagnies aériennes changent leur politique tarifaire, et si les billets de train deviennent plus abordables. « Sotchi est une zone subtropicale unique au bord de la mer Noire, et disposant même d’une station de ski, décrit le ministre. Je ferais le test de rendre les vols pour Sotchi au départ de Moscou et de Saint-Pétersbourg aussi accessibles que possible, en subventionnant les transports. Si l’on prend en compte le profit potentiel et qu’on le met en balance avec les coûts liés à l’exploitation et à l’entretien des installations olympiques, il est clair que c’est une bonne décision fondée du point de vue économique. C’est logique. »

    D’ailleurs, pour certains représentants du monde des affaires local à Sotchi, les composantes sportives et touristiques ne sont pas suffisantes pour le développement post-olympique de la ville. L’une des meilleures options pour les investisseurs serait l’ouverture d’une zone de jeux à Sotchi. Mais cela ne peut être décidé qu’au niveau du gouvernement.

    D’une manière ou d’une autre, le stade olympique central Ficht (40 000 places) où se dérouleront les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux de 2014, n’accueillera pas seulement, dans le futur, des événements sportifs comme la Coupe du monde de football de 2018, mais aussi des concerts et des spectacles.

    Le centre de patinage Adler Arena deviendra un grand espace d’exposition fonctionnant toute l’année. Le site aura une activité commerciale, il sera par conséquent rentable. Le service de presse olympique international sera transformé en un centre de commerce et de divertissement disposant de son propre hôtel. Du village média pour les journalistes en montagne, il restera un hôtel de 324 chambres et une surface habitable de 4 200 appartements.

    L’Etat prévoit de vendre aux enchères certaines des installations olympiques après les Jeux, comme par exemple les parkings, les sites commerciaux, ou encore la place centrale du Parc olympique de bord de mer, où les sportifs se verront remettre leurs médailles.

    Il a été décidé de reconvertir le palais des sports de glace, baptisé Iceberg, en piste cyclable couverte. La petite patinoire pourrait devenir un centre panrusse de formation au hockey sur glace. La patinoire de curling nommée le Cube de glace, la piste de bobsleigh Luge, et le domaine skiable Rosa Khutor seront utilisés pour les compétitions internationales et serviront de bases d’entraînement national.

    Comme l’a indiqué, durant la préparation des Jeux olympique de Sotchi, la championne Svetlana Jourova, députée à la Douma, le pays a vraiment besoin de nouveaux équipements et sites sportifs. Sans cela, il est impossible de parler de développement et d’émergence d’une nouvelle génération de sportifs.

    Le cluster de montagne des JO sera, bien sûr, accessible aux touristes. Les pistes de Krasnaïa Poliana sont les meilleures du pays et ont déjà attiré l’attention de skieurs du monde entier. Leur grand « plus » est leur caractère compact. Tous les remonte-pentes sont situés à quelques pas les uns des autres.

    Les infrastructures de Sotchi pourront accueillir un grand nombre de touristes. Les hôtels nouvellement construits pour les JO, ceux qui ont été modernisés pour répondre aux standards actuels, les sanatoriums et les installations balnéaires rénovés, ne bougeront pas, si l’on peut dire.

    A l’aéroport international de Sotchi, un grand terminal moderne a été construit, et la piste d’atterrissage a été allongée. Au port, une marina pouvant accueillir deux cents yachts a fait son apparition. Le port de fret sera converti en deuxième marina une fois que la construction des installations olympiques sera terminée.

    Ainsi, Sotchi a le potentiel nécessaire pour devenir une station balnéaire de classe internationale. « L’héritage » olympique permettra de créer de nouveaux emplois et, dans une certaine mesure, de décharger Moscou pour ce qui est de l’organisation des divers événements nationaux et internationaux, sportifs et autres. Les investisseurs se sont activement engagés dans le développement des infrastructures de la ville en pariant sur l’accroissement de l’afflux de touristes, voire même sur l’arrivée de nouveaux habitants. Sur le marché immobilier du Grand Sotchi sont apparus près de 15 000 logements, dont environ 10 000 sont des appartements pour les participants des JO qui seront transformés en appartements. Il s’agit principalement d’immobilier haut de gamme. Les prix des biens immobiliers de luxe vont sans doute tomber après les JO. Ceci est confirmé par l’expérience de toutes les capitales olympiques. Si auparavant, beaucoup envisageaient l’acquisition de biens immobiliers dans une station balnéaire de façon purement théorique, à présent avec la construction des logements, la demande va substantiellement augmenter.

    Mais l’essentiel est que la ville de Sotchi, après le JO, sera qualitativement une nouvelle ville. Son statut va changer. Les gens voudront venir se détendre dans cette station balnéaire à la beauté anicienne, mais aux possibilités nouvelles.

    Lire aussi:

    Le Wall Street Journal «attribue» le titre de plus stylée à l’équipe russe aux JO
    Des boycotts aux scandales de dopage: ô sport, tu es la paix!
    La Russie annonce sa décision sur la participation aux JO 2018
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik