Ecoutez Radio Sputnik
    La fin de la révolution scientifique et technique est-elle proche ?

    La fin de la révolution scientifique et technique est-elle proche ?

    Photo : RIA Novosti
    Economie
    URL courte
    0 11 0 0

    Trois experts de renommée mondiale à la fois ont prédit prochainement au monde un avenir sombre. L'économiste américain, promu de Harward, Tyler Cowen, a publié le livre : La grande stagnation.

    Son compatriote Robert Gordon, de l'université du Nord-ouest des États-Unis, confirme qu’au cours des prochaines décennies, le monde connaitra une récession économique de longue durée. L'opinion analogue a été exprimée aussi par Brink Lindsey – le directeur du Centre des études de la politique du commerce extérieur de Institut Cato. Il prédit aussi un marasme de longue durée aux États-Unis et, en conséquence, à tout le reste du monde. A quel point ces pronostics apocalyptiques sont-ils justifiés ?

    De tels raisonnements ont l’air convaincant. Cependant, un point fait naître le doute : les pronostics apocalyptiques apparaissent dans le monde avec la même périodicité que les crises économiques. Mais après chaque crise, arrive la période du redressement et de la nouvelle croissance, et les pronostics pessimistes, on les oublie délicatement. Le professeur de l'Académie russe des Finances Boris Roubtsov a déclaré dans un entretien accordé à La Voix de la Russieque cette variante était possible. À son avis, il faut écouter plutôt les instituts internationaux spécialisés prestigieux, tels que le Fonds Monétaire International, et non les scénarios dramatiques diffusés par certains experts :

    « Je ne vois pas, à vrai dire, de raisons pour les déclarations du type « Une nouvelle grande dépression est attendue ». Cela contredit les pronostics du Fonds Monétaire International. Tous ces pronostics ne signifient pas du tout que dans les années à venir, la répétition de la grande dépression nous attend. »

    Il faut remarquer aussi que dans les pronostics des analystes américains, on trouve la certitude que le prochain développement économique global sera étroitement lié à la situation aux États-Unis – sur le marché américain du travail, dans la sphère américaine IT, etc. C’est une exagération sérieuse. En tout cas, quand il s'agit de la situation en Europe, a souligné le directeur du Centre des études européennes de l’institut russe IMEMO Alexeï Kouznetsov :

    « Réellement, bien sûr, la lutte principale contre les phénomènes de crise dans l'Union Européenne est menée par les Européens eux-mêmes. Ici, il ne faut pas nourrir d illusions. Les Américains exagèrent l’importance de leur pays. Cela, certes, c’est bien, mais il ne faut pas surestimer l’apport du pays dans le développement mondial. Le fait est que l'Union européenne a un plus grand sens des responsabilités à l’égard des problèmes de la dette. Il est encore trop tôt aussi pour dramatiser la situation des États-Unis. Mais, tout peut arriver. »

    Les auteurs eux-mêmes des scénarios pessimistes laissent par précaution un espace libre pour les manœuvres en cas d’erreurs. Ils indiquent que, bien qu'à présent l'action de tous les composants principaux ayant assuré la croissance économique au XX siècle soit réduite, il n'est pas exclu que quelque composant puisse monter sérieusement dans l’avenir. Mais cela accélérera automatiquement la croissance économique. T

    Lire aussi:

    Le FMI prévoit une reprise économique en Russie dès cette année
    Moody's abaisse la note de la dette chinoise au niveau du Japon
    L'UE admet que la Russie renoue avec la croissance
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik