Ecoutez Radio Sputnik
    Gaz : South Stream progresse sûrement vers l’Europe

    Gaz : South Stream progresse sûrement vers l’Europe

    Photo : RIA Novosti
    Economie
    URL courte
    0 0 0 0

    La construction du tronçon local du gazoduc South Stream, qui livrera du gaz naturel russe aux pays d’Europe сentrale et méridionale, a commencé en Bulgarie. Avant la fin de l’année commencera la mise en place de l’infrastructure indispensable en Serbie, ensuite ce sera le tour de la Hongrie. Mis à part ces pays des accords sur la construction ont été signés avec la Grèce, la Slovénie, la Croatie et l’Autriche.

    La longueur du tronçon bulgare de South Stream dépasse 500 km. Les travaux ont commencé dans le nord-est du pays, dans l’une des ses régions les plus pauvres, où le taux de chômage a dépassé 20 %. La réalisation de ce projet devrait donner un coup d’envoi à la croissance économique. La construction apportera à la Bulgarie 3,5 milliards d’euros d’investissements, près de 3 milliards de recettes budgétaires, des remises pour le gaz naturel, et du travail aux sous-traitants locaux. De plus, le partenaire du consortium russe Gazprom – le Holding énergétique bulgare – obtiendra un crédit de 620 millions d’euros.

    South Stream est un projet coûteux – 16 milliards d’euros au total. Or les avantages de ce gazoduc au regard des livraisons garanties sont évidents, a déclaré en Bulgarie le patron de Gazprom, Alexeï Miller.

    « C’est un des élément parmi les plus importants de la sécurité énergétique de tout le continent européen. Car le gaz naturel sera livré directement de la Russie en Bulgarie, de la Russie en Union Européenne, en contournant des pays de transit. »

    Le problème des pays de transit – il s’agit avant tout de l’Ukraine, qui crée régulièrement des difficultés concernant le règlement des factures pour le gaz, le pompage du combustible dans les dépôts souterrains et qui provoquait par le passé des à-coups dans le transport de gaz vers l’Europe – sera oublié lorsque South Stream fonctionnera à plein régime, dit Alexandre Razouvaïev, chef du département analytique de la compagnie

    « Alpari » :

    « Après l’achat par Gazprom de Beltransgaz (opérateur du réseau de transport de gaz de Biélorussie) et la mise en service du gazoduc Nord Stream ce risque a considérablement diminué. Après la mise en œuvre du projet South Stream ce risque va pratiquement disparaître. Quant à l’Europe elle obtiendra sans problèmes des livraisons de gaz cent pour cent garanties. Il y avait un projet concurrentiel de gazoduc Nabucco, or sans quantités de gaz naturel suffisantes il s’est avéré non-viable. Par conséquent, l’Europe a choisi South Stream. »

    Le gazoduc South Stream sera opérationnel déjà à partir de 2015. La capacité du premier fil dépassera 15 milliards de mètres cubes par an. Il assurera un dixième de la consommation européenne de gaz naturel. T


    Lire aussi:

    Un South Stream est inévitable?
    Turkish Stream: la Bulgarie et la Serbie veulent signer
    Turkish Stream: la Russie et la Hongrie signent
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik