Ecoutez Radio Sputnik
    Gazprom

    Le russe Gazprom Neft intéressé par des projets en Iran (PDG)

    © Sputnik . Mikhail Fomitchev
    Economie
    URL courte
    0 41

    Gazprom Neft, filiale pétrolière du groupe public russe Gazprom, est intéressé par la mise en place de projets en Iran, aucune négociation bilatérale dans ce sens n'ayant toutefois été engagée à ce jour, a annoncé aux journalistes le premier adjoint au PDG du groupe, Vadim Iakovlev.

    Gazprom Neft, filiale pétrolière du groupe public russe Gazprom, est intéressé par la mise en place de projets en Iran, aucune négociation bilatérale dans ce sens n'ayant toutefois été engagée à ce jour, a annoncé aux journalistes le premier adjoint au PDG du groupe, Vadim Iakovlev. 

    "Actuellement, nous en sommes au stade de l'évaluation des conditions. Nous sommes intéressés, et si tout nous convient, nous passerons à l'évaluation de projets et de gisements concrets", a répondu le responsable interrogé sur les perspectives du travail en Iran. 

    Les accords nucléaires atteints fin novembre dernier à Genève par l'Iran et les Six médiateurs sur son dossier nucléaire ont marqué le début d'un léger dégel dans les relations entre l'Occident et la république islamique, et débouché sur un assouplissement de sanctions économiques internationales en vigueur contre Téhéran. 

    Dans le cadre du Forum économique international tenu fin janvier dernier à Davos, en Allemagne, le président iranien Hassan Rohani a rencontré les PDG des géants pétroliers internationaux, dont les Russes Loukoil et Gazprom Neft.

    En 2009, Gazprom Neft a conclu un mémorandum de compréhension mutuelle avec le groupe public iranien National Iranian Oil Company (NIOC) prévoyant l'exploration conjointe de deux gisements pétroliers iraniens d'Azar et de Changul.

    Prévue fin été 2010, la conclusion de l'accord sur l'exploration du gisement d'Azar n'a toujours pas eu lieu. Les experts ont expliqué ce retard par des conditions insuffisamment rentables pour la partie russe et par ses craintes de se retrouver sous le coup de sanctions.

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    EN CONTINU Au moins 13 blessés dans une explosion à Lyon: Macron parle d’une «attaque» (images)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik