Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Crimée: vers une zone économique spéciale (journal)

    Economie
    URL courte
    Référendum en Crimée (2014) (416)
    0 10

    Une zone économique spéciale (ZES) pourrait être mise en place en Crimée, ex-péninsule ukrainienne rattachée récemment à la Russie, rapporte lundi le quotidien Vedomosti se référant à de hauts responsables russes.

    Une zone économique spéciale (ZES) pourrait être mise en place en Crimée, ex-péninsule ukrainienne rattachée récemment à la Russie, rapporte lundi le quotidien Vedomosti se référant à de hauts responsables russes.

    Selon le journal, le premier ministre Dmitri Medvedev présidera lundi une réunion gouvernementale consacrée au développement socioéconomique de la Crimée et de la ville de Sébastopol. Des initiatives destinées à stimuler le développement de la presqu'île seront présentées par le vice-chef du gouvernement russe Dmitri Kozak. Ce dernier sera, selon le journal, le principal responsable fédéral chargé des problèmes relatifs au développement de la Crimée.

    Les autorités russes prévoient également de mettre au point un programme fédéral pour la Crimée, qui devrait être mis en œuvre par le ministère du Développement régional. D'après les sources citées par le quotidien, Moscou compte accorder une importance prioritaire au tourisme, à l'agriculture et aux services portuaires.

    Peuplée en majorité de russophones, la république autonome ukrainienne de Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et la réunification avec la Russie à l'issue d'un référendum tenu le 16 mars lors duquel 96,7% des habitants de la péninsule ont appuyé cette décision. La Russie et la Crimée ont signé le traité sur le rattachement de la république de Crimée et de la ville de Sébastopol à la Fédération de Russie le 18 mars 2014.

    Dossier:
    Référendum en Crimée (2014) (416)

    Lire aussi:

    L’Occident se tourne-t-il progressivement vers la Crimée?
    Pour le Daily Mail, la Crimée appartient bien à la Russie
    La Crimée est prête à accueillir des étrangers et Kiev n'y pourra rien
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik