Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Gaz : le contrat avec la Chine ouvrira à la Russie la voie vers l’Asie (expert)

    Economie
    URL courte
    Gazoduc Force de la Sibérie (9)
    0 20
    S'abonner

    MOSCOU, 20 mai - RIA Novosti. L’accord sur la livraison de gaz en Chine changera la géographie du marché des hydrocarbures en ouvrant à la Russie la voie vers le marché asiatique, estime le rédacteur de l’International Gas Report William Powell, qui a accordé un entretien à RIA Novosti ce mardi.

    L’accord sur la livraison de gaz en Chine changera la géographie du marché des hydrocarbures en ouvrant à la Russie la voie vers le marché asiatique, estime le rédacteur de l’International Gas Report William Powell, qui a accordé un entretien à RIA Novosti ce mardi.
     
    La société russe Gazprom et le groupe pétrolier et gazier chinois CNPC devraient signer prochainement un contrat pour une durée de 30 ans sur la fourniture annuelle de 38 milliards de mètres cubes de gaz russe à la Chine. Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a déclaré à l'agence Bloomberg, que ce contrat pourrait être signé pendant la visite du président russe Vladimir Poutine à Shanghai les 20 et 21 mai prochains. 
     
    « Il faut d’abord extraire le gaz, et ensuite le transporter de Sibérie Orientale à Vladivostok. Une partie du gaz russe sera exportée vers la Chine, et le reste sera stocké à Vladivostok. La société Gazprom deviendra ainsi une grande exportatrice du gaz liquéfié vers l’Extrême-Orient russe grâce à d’autres gisements, dont le gaz transitera également par le gazoduc Sila Sibiri (Puissance de la Sibérie), et l’augmentation de la quantité du gaz liquéfié stocké à Vladivostok », a déclaré Powell, en commentant les perspectives du contrat, qui sera signé entre Moscou et Pékin.
     
    William Powell a également ajouté qu’à long terme, le gaz russe « pourrait être livré au Japon et à la Corée.» 
     
    Les perspectives d’exportation du gaz russe vers la Chine sont discutées depuis longtemps, et la question principale, ce sont les tarifs. Dans le contexte de la confrontation politique entre Moscou et Bruxelles suite à la crise ukrainienne et des projets de l’UE visant à réduire la dépendance des pays européens vis-à-vis du gaz russe, les experts estimaient que Gazprom pourrait accorder une remise importante à la Chine avant la signature de ce contrat tant attendu. Pour sa part, Dmitri Medvedev a déclaré que le prix serait comparable aux tarifs à l’exportation du gaz russe vers l’Europe. 
     
    Ioulia Nanaï, experte du secteur énergétique de la société IHS, rejoint ce point de vue, ajoutant que la Russie est intéressée par compromis dans le cadre de cette transaction. 
     
    « La crise actuelle en Ukraine a exacerbé les tensions entre Gazprom et ses partenaires et clients européens, mettant le géant gazier russe sous pression en ce qui concerne la fixation du prix de base pour le gaz avec China National Petroleum Corporation (CNPC). Cette circonstance permettra de finaliser cette transaction, dont la réalisation a été discutée pendant toute une décennie », explique Ioulia Nanaï, soulignant «l’importance politique de la signature de l’accord dans les plus brefs délais. » 


    Le compromis concernant les tarifs de la part de Moscou illustrera la perspicacité pratique du côté russe, lui ouvrant la voie vers des marchés nouveaux, est persuadé William Powell. 
     
    « Il faut le faire de manière économe, car la mise en valeur du gisement gazier de Tchaïanda, rien que pour la Chine, coûterait trop cher à la Russie. Le développement de ce gisement et la livraison d’une partie du gaz à Vladivostok est plus raisonnable. Ce projet deviendra économe du fait de son ampleur », a-t-il indiqué. 
     
    Selon l’expert, la signature du contrat gazier permettra d’utiliser pleinement les réserves de gaz de Sibérie Orientale, tout en donnant la possibilité à Gazprom de concurrencer sérieusement le Turkménistan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan. « Si la Russie peut assurer l’accord avec la Chine, et discuter ensuite des livraisons dans  d’autres régions, cette transaction sera plus diversifiée », a résumé M. Powell.

    Dossier:
    Gazoduc Force de la Sibérie (9)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik