Ecoutez Radio Sputnik
    La banque des BRICS, un pas important vers un nouvel ordre international

    La banque des BRICS, un pas important vers un nouvel ordre international

    © Collage : la Voix de la Russie
    Economie
    URL courte
    0 114 0 0

    Les BRICS sont en train de créer leur propre Banque pour le développement, un fait considéré par de nombreux experts comme un pas vers l’établissement d’un nouvel ordre international postérieur à la crise.

    Les leaders des « cinq » (Brésil, Russie, Inde, Chine et RSA) signeront l’accord sur la création de la Nouvelle banque au sommet de Fortalesa (Brésil). Ils signeront en outre un accord-cadre sur la création d’un pool de réserves monétaires conventionnelles pour s’aider en cas de chute brusque des réserves d’or et de monnaie d’un membre du groupe. Le pool monétaire des BRICS deviendra ainsi une sorte de FMI, et même son alternative à moyen terme. La parole est à Sergei Katyrine, président de la Chambre de commerce et du Conseil d’affaires des BRICS :

    « La Russie et les autres membres des BRICS déposeront pour commencer 2 milliards de dollars chacun. C’est le capital libéré de la Banque. Il y aura aussi un capital réparti de l’ordre de 50 milliards de dollars et un capital autorisé à hauteur de 100 milliards. Ces fonds mettront environ 7 ans à se constituer. La Banque sera administrée collégialement par le Conseil des gérants qui sera assisté par le Conseil des directeurs en qualité d’organe exécutif. Le président de la Banque sera élu pour 5 ans. La Nouvelle banque pour le développement sera du reste ouverte à tous les États-membres de l’ONU et pas seulement aux BRICS, sauf que leur part dans le capital social ne doit pas descendre au-dessous de 55%. Les activités de cet établissement viseront le financement des projets d’infrastructures dans les pays des BRICS. »

    La Banque pour le développement facilitera grandement la coopération, les échanges et les investissements puisque le groupe occupe une place inédite dans l’économie globale en sa qualité de plus grand marché du monde, totalisant 40% de la population de la planète. Ces pays disposent d’énormes ressources naturelles, d’une bonne base industrielle, d’une main-d’œuvre qualifiée et créent près de 30% du PIB mondial. La parole est au professeur Fen Shaolei, politologue chinois en vue et vice-président de la Société d’études stratégiques internationales de Shanghai :

    « Les BRICS sont actuellement confrontés à de nombreux défis. Les rythmes de leur développement économique ont accusé un certain ralentissement l’année dernière. Les pays émergents sont confrontés au même problème, la fuite de capitaux. La crise ukrainienne et les sanctions qui en découlent pour la Russie sont un autre défi important. Dans ce contexte, les BRICS doivent renforcer leur cohésion et le sommet au Brésil marque une date importante pour le développement de la coopération dans le cadre du groupe. Les BRICS sont plus qu’un nouveau format destiné à mettre en œuvre la réforme du système financier international, c’est encore dans une acception plus large, une plateforme permettant de discuter des orientations éventuelles de coopération dans la situation économique nouvelle et une base politique pour l’édification du nouvel ordre mondial. »

    Selon les analystes, la Banque et le pool des réserves monétaires élargissent les possibilités d’accès aux crédits pour les sociétés des BRICS, surtout face aux réticences occidentales. Politiquement engagé, le FMI est en fait un instrument d’influence des États-Unis. C’est pour cette raison que la création de structures indépendantes de Washington et analogues au FMI et à Banque mondiale est logique et vient à point nommé. /N

    Lire aussi:

    Poutine évoque l’objectif numéro 1 de la banque des BRICS
    Le rôle des BRICS et de la Russie dans le monde vu par Vladimir Poutine
    BRICS: «la Chine convertit sa puissance économique en influence politique mondiale»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik