Ecoutez Radio Sputnik
    La monnaie ukrainienne bat tous les records d’affaiblissement

    La monnaie ukrainienne bat tous les records d’affaiblissement

    © Photo: Flickr.com/James Malone/cc-by-nc
    Economie
    URL courte
    0 0 0

    Dévaluation, inflation, stagnation, récession et défaut de paiement. Tel est l’un des scénarios les plus déplorables de la future situation financière et économique en Ukraine. Un scénario qui semble de plus en plus réaliste. Le pouvoir, qui ne cesse de déclarer son amour du pays et son patriotisme sans bornes, fait tout pour plonger sa population dans les mois qui viennent dans le froid, la famine, l'insolvabilité et le chômage total.

    L’EuroMaïdan a atteint ses objectifs : le pouvoir souillé de péchés mais quand même légal a été renversé et l'accord d'association avec l'UE a été signé. L'Occident promet son aide dans la lutte contre Moscou. Certes, il ne s'agit que de promesses. Le gaz russe n'est plus livré à l'Ukraine à cause des dettes immenses. Les liens économiques avec la Russie se dissolvent rapidement, sans que des contacts alternatifs avec l'Europe et l'Amérique s'esquissent. Comme résultat, l'économie de l'Ukraine est en chute libre. Les entreprises ferment, ayant perdu les clients russes et les marchés d'écoulement clés. Le commerce est en récession.

    Le seul espoir est que l'UE et les Etats-Unis ouvrent largement leurs portes aux convois transportant du lard, de la vodka horilka et des chemises brodées ukrainiennes. Alors la vie en Ukraine sera belle grâce aux importations de ses produits traditionnels. Cependant, le silence total règne sur ce point. Ce qui ne sera pas dit à propos de la monnaie nationale, sans cesse secouée. A la fin août, on a appris une nouvelle chute record. Le taux de change officiel a baissé jusqu'à 14 grivnas par rapport à un dollar. Quant aux prix, ils grimpent. Les prix des services communaux montent plus que les autres. Telle est la condition du FMI en échange des crédits promis à l'Ukraine. La prévision est peu réconfortante, estime le chef du département analytique de la société AForex Artiom Deev :

    « La guerre dans l'Est exerce actuellement une pression immense sur la grivna. En outre, une contribution négative non négligeable est apportée par la guerre commerciale avec la Russie. L'interdiction des fournitures ukrainiennes sur le marché russe a, certes, une incidence néfaste sur la balance des paiements ukrainienne dans laquelle la part des exportations de marchandises est supérieure à 30 %. Comme résultat, les recettes tirées des exportations diminuent, tout comme le chiffre d'affaires du commerce, la demande baisse elle aussi et la dévaluation que nous observons devient une tendance logique ».

    L'attrait de l'Ukraine pour les investissements est exposé à de gros risques et, pour être plus exact, il baisse rapidement. Les investisseurs craignent que l'affaiblissement de la grivna ne s'accentue davantage. Et ils ont raison. La population ukrainienne fait montre d'un intérêt démesuré pour ne pas dire maladif pour le dollar. Au cours de ces derniers mois les Ukrainiens en ont acheté plusieurs milliards. La Banque nationale d'Ukraine est en panique. Elle a ordonné aux banques ukrainiennes de vendre les dollars sur commande préalable, et pas plus de 100 dollars par personne. Plus encore, l'octroi de crédits en monnaies étrangères a été notablement compliqué pour les citoyens d'Ukraine depuis ces derniers temps. Ces crédits ne doivent pas être utilisés sur le marché intérieur. Les crédits en monnaies étrangères sont devenus un luxe inaccessible : la solvabilité de la population et du monde des affaires laisse à désirer. Le docteur en économie Valéri Abramov signale que pour l'Ukraine, la probabilité du défaut de paiement dépend de sa capacité à remplir les engagements relatifs à la dette :

    « En attendant, l'Ukraine garde certaines réserves en or pour maintenir le taux de change de la grivna. Mais cette situation présente de nombreux risques et revêt un caractère frontalier. L'état des réserves en or et de la balance des paiements est directement lié au maintien du taux de change de la grivna qui s'est dépréciée de 75 %. Cela veut dire que le gouvernement fait endosser l'ensemble de la responsabilité à la population en diminuant son niveau de vie ».

    L'opération punitive dans le Donbass, l'incapacité de s'entendre et l'esprit réfractaire inexplicables de Kiev coûtent très cher. Notamment en termes de finances. Cela a lieu sur fond d'immenses problèmes économiques. Les résultats de cette politique seront bientôt ressentis par l'ensemble de la population. Le Premier ministre Iatseniouk a déclaré récemment que l'économie de l'Ukraine ne pouvait pas maintenir le taux de change de la monnaie nationale à hauteur de plus de 12 grivnas pour un dollar. Ce chiffre est caduc depuis longtemps. Le dirigeant ukrainien a cependant annoncé récemment que le ministère des Finances d'Ukraine verserait 340 millions de dollars dans la réserve de la Banque nationale en vue de stabiliser la dynamique du taux de change. Cependant cette somme n'est qu'une goutte d'eau dans la mer pour sauver le système financier d'un pays aussi grand que l'Ukraine. /N

    Lire aussi:

    L’Ukraine devra payer sa dette de 3 mds USD à Moscou sur décision d’un tribunal londonien
    La dette publique de l’Ukraine franchit la barre des 76 mds USD
    «Personnellement, je ne vois pas en rose l’avenir de l’Ukraine»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik