Ecoutez Radio Sputnik
    La Russie et la Chine entament le plus grand projet au monde

    La Russie et la Chine entament le plus grand projet au monde

    © Photo: RIA Novosti/Aleksey Nikolskyi
    Economie
    URL courte
    0 01

    Le gazoduc Sila Sibiri (Force de la Sibérie) n'aura pas d'égal au monde dans une perspective prévisible, a déclaré le président de Russie Vladimir Poutine. Lundi, le dirigeant a participé à la cérémonie du coup d'envoi de sa construction à Yakoutsk. Le nouveau système de transport de gaz, dont la première soudure a été réalisée aujourd'hui, fournira du gaz russe à la Chine. Selon Vladimir Poutine, la Russie et la Chine entament le plus grand projet de construction au monde. Dans ce domaine, rien de plus grand n'aura lieu dans le monde dans un proche avenir, a souligné le président russe.

    Le coût approximatif de la construction s'élève à 21 milliards de dollars. Le gaz destiné à être livré à la Chine sera extrait des gisements de Tchaïanda et de Kovykta, en Sibérie orientale. Le gazoduc qui ralliera ces deux gisements sera long de près de 4 000 kilomètres. Le gisement de Tchaïanda en Yakoutie sera exploité le premier. Un tuyau sera posé entre Tchaïanda et Blagovechtchensk sur la frontière avec la Chine. Ce secteur doit être mis en exploitation en 2018. L'extraction dans le gisement de Tchaïnda débutera la même année. Les fournitures directes vers la Chine sont prévues pour 2019.

    Gazprom et CNPC ont signé un contrat de fourniture annuelle de 38 milliards de mètres cubes de gaz en mai dernier. Le montant de ce contrat de 30 ans est de 400 milliards de dollars. Aux termes du contrat, CNPC payera à Gazprom une avance avoisinant la moitié de cette somme avant le début de la construction. Le projet d'un gazoduc entre deux plus grands gisements de la Sibérie orientale a été mis au point depuis le début de 2011 et dépendait directement de la signature du contrat avec la Chine, signale le directeur de l'Institut russe de l'énergie nationale Sergueï Pravossoudov :

    « La Chine est un marché très important pour Gazprom. Les gisements de Sibérie orientale sont tellement grands que personne ne les exploitera uniquement pour le marché intérieur. Les investissements sont importants et les consommateurs peu nombreux. L'accord sur les fournitures du gaz russe à la Chine est le plus grand contrat de toute l'histoire de l'industrie gazière. Il est très important pour le développement de la Sibérie orientale et de l'Extrême-Orient ».

    Le gazoduc servira à exporter le gaz vers la Chine et à le livrer sur le marché intérieur. Le président de Russie a noté lundi au cours de sa rencontre avec les étudiants de l'Université fédérale du Nord-Est que la construction du gazoduc Sila Sibiri permettrait dans l'avenir de connecter entre eux tous les réseaux gaziers de Russie et d'effectuer les livraisons des ressources énergétiques en fonction de la conjoncture mondiale.

    Les experts signalent l'avantage du gazoduc pour la Russie et la Chine. La Chine a d'ores et déjà besoin d'environ 20 milliards de mètres cubes de gaz par an en sus de ses propres réserves. A présent 70 % des besoins chinois en énergie et chaleur sont assurés par le charbon. Soucieux des problèmes écologiques, les dirigeants chinois se fixent pour objectif d'augmenter la part du gaz de 18 % par an. La Chine a quatre sources principales d'approvisionnement en gaz. Le Sud du pays est ravitaillé par un gazoduc depuis la Birmanie qui fournit environ 10 milliards de m3 par an. A l'Ouest, le gaz est reçu depuis le Turkménistan (environ 26 milliards de m3). La Russie est prête à fournir à son voisin 68 milliards de mètres cubes par an. Les provinces du Nord-est de la Chine seront approvisionnées par Sila Sibiri. La construction d'un autre gazoduc, Altaï, d'une capacité approximative de 30 milliards de mètres cubes, est prévue pour ravitailler les provinces chinoises du Nord-ouest. N

    Lire aussi:

    Le gaz russe serait livré en Chine plus tôt que prévu
    La Chine souhaite importer plus de gaz russe
    L'un des gazoducs les plus longs du monde reliant la Russie à la Chine est presque terminé
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik