Ecoutez Radio Sputnik
La Russie pourrait monopoliser le marché chinois du combustible nucléaire

La Russie pourrait monopoliser le marché chinois du combustible nucléaire

Фото: РИА Новости
Economie
URL courte
01400

La Russie est prête à fournir à la Chine le combustible nucléaire pour ses futures centrales nucléaires flottantes.

Une déclaration en se sens a été faite par la société TVEL faisant partie du groupe d'Etat Rosatom. TVEL est l'unique entreprise au monde ayant l'expérience de fabrication des assemblages de combustible et des zones actives pour les centrales de ce type.

Fin juillet, une filiale de Rosatom, Rusatom Overseas, et CNNC New Energy chinois ont signé un mémorandum en vue de construire des centrales nucléaires flottantes. A l'heure actuelle, la Russie est l'unique pays du monde à avoir son propre projet et à réaliser la construction de la centrale nucléaire flottante Akademik Lomonossov à Saint-Pétersbourg. Les centrales nucléaires flottantes ne génèrent pas une grande puissance. Leur avantage réside dans la possibilité des les utiliser pour produire de l'électricité dans des régions éloignées d'accès difficile. La Russie se propose d'utiliser la centrale pour approvisionner en énergie la Tchoukotka (nord-est). La centrale flottante Akademik Lomonossov doit servir à approvisionner en énergie la ville de Pevek, la plus au nord en Russie.

La Chine a l'intention d'utiliser les centrales nucléaires flottantes pour approvisionner en électricité ses territoires insulaires et l'extraction d'hydrocarbures dans les gisements sur son plateau continental. Les experts sont persuadés dans les perspectives de la coopération entre la Russie et la Chine dans le domaine de la construction des centrales nuclélaires flottantes. Car la Russie est l'unique pays capable de construire un réacteur pour ce type de centrales. La Chine, pour sa part, pourrait construire rapidement et bon marché les coques de navire, note le directeur du Centre russe de l'énergie et de la sécurité Anton Khlopkov :

« La technologie des réacteurs compacts est très prometteuse. Cependant en Russie ce projet n'est pas encore achevé car le budget initial a été sensiblement excédé. Pour que cette initiative soit mise en pratique, il faut développer des technologies, mais aussi rendre la construction moins onéreuse. La coopération avec la Chine nous permettra de résoudre cette tâche. Il est réjouissant que la partie chinoise témoigne d'un intérêt soutenu pour le développement des relations russo-chinoises dans le domaine des technologies nucléaires. A mon avis cela prouve que l'industrie nucléaire russe bénéficie de la demande à l'étranger ».

L'expert fait état d'une lutte âpre pour le marché chinois des technologies nucléairies et des vecteurs d'énergie. La Chine compte actuellement 18 réacteurs d'une puissance totale de plus de 15 GW. 32 autres réacteurs sont en construction. Selon les prévisions des experts, d'ici 2030 le marché chinois des centrales nucléaires pourrait devenir égal à celui des Etats-Unis. Le type de réacteur le plus utilisé en Chine est le CPR-1000 français. La part des réacteurs russes dans l'énergie nucléaire chinoise reste à hauteur de 10 %, même malgré un important projet russo-chinois de la centrale nucléaire de Tianwan.

Cependant tout porte à croire que le rapport des forces va changer. La Russie tente, dès à présent, d'étendre sa présence sur le marché chinois du combustible nucléaire. Au printemps dernier, TVEL a signé un accord avec les partenaires chinois JNPC et CNEIC sur les fournitures du combustible TVS-Kvadrat. Ce type de combustible est utilisé par tous les réacteurs français et américains. Les experts trouvent que la réalisation de ce projet permettra à la Russie d'empiéter sur les positions des fournisseurs occidentaux sur le marché chinois. Cette situation est également avantageuse à la Chine qui préfère conclure des contrats de construction et d'entretien des centrales nucléaires avec les sous-traitants de différents pays. La création d'un milieu compétitif pour les entreprises étrangères permet à la partie chinoise de conclure des accords à des conditions avantageuses au maximum pour son pays.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
Grands titres