Ecoutez Radio Sputnik
    L’Europe : le boomerang revient

    L’Europe : le boomerang revient

    © Collage: La Voix de la Russie
    Economie
    URL courte
    0 401

    Les informations des médias européens et mondiaux consacrés aux sujets économiques font de plus en plus penser ces derniers jours aux communiqués du front. En voilà quelques titres : « Le Trésor britannique annonce des nuages orageux au-dessus de l’Europe » ; « La notation de la France en termes de crédits : le pronostic négatif » ; « La Finlande perd la notation à cause des sanctions à l’égard de la Russie » et enfin : « Le FMI avertit concernant une nouvelle vague de crise mondiale ».

    En plus des causes générales, on évoque de plus en plus souvent les conséquences des sanctions dirigées contre la Russie ayant frappé, tel un boomerang, l’Europe.

    Le FMI a rendu public ces jours le pronostic traditionnel sur le développement de l’économie mondiale. Les experts du Fonds avertissent concernant la menace d’une nouvelle vague de crise mondiale. « Les risques de la récession ont brusquement augmenté », constatent-ils. Les auteurs du compte rendu mentionnent en premier lieu les bouleversements géopolitiques : les conflits en Syrie et en Irak ainsi que la crise politique en Ukraine. Ils se répercutent, indiquent-les économistes du Fonds, sur l’économie de la « locomotive » européenne numéro un : l’Allemagne qui détermine l’état de l’eurozone dans son ensemble.

    Selon les médias, le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble ayant participé à la conférence annuelle du FMI à Washington a exhorté à résister au pessimisme, l’Allemagne demeurant la locomotive de la croissance en Europe. Or, tout le monde ne partage pas, loin s’en faut, son optimisme. Selon l’analyse de l’économie allemande diffusée à Berlin, rédigée sur commande du gouvernement par les experts de quatre grandes institutions économiques du pays, bien qu’ils s’attendent à un certain accroissement du PIB, son taux s’est sensiblement ralenti.

    « La voie particulière est terminée : l’aigle allemand ayant volé haut dans le ciel a interrompu son vol », écrit avec ironie à ce sujet le journal allemand Junge Welt. Il n’est pas à douter, souligne le journal que le « drame ukrainien » a nui à la balance commerciale.

    Révélatrice est dans cet ordre d’idée l’information publiée par le journal d’affaires Deutsche Wirtschafts Nachrichten, selon laquelle l’adhésion de la Finlande aux sanctions à l’égard de la Russie l’a fait perdre la notation «Triple A», l’agence internationale «Standard& Poor's» l’ayant portée à «АА+». Ayant confirmé la notation de la France au niveau d’« AA », l’agence a baissé le pronostic de « stable » à « négatif ».

    En signalant le ralentissement de la croissance dans l’économie européenne et mondiale, les économistes se fondent en premier lieu sur les indices macro-économiques, en particulier sur les conséquences de la crise globale qui ne sont pas encore entièrement surmontées. Or, avant le début de la « guerre des sanctions » tous les pronostics étaient optimistes. L’effet de ces sanctions est inévitable, estime le vice-directeur de l’Institut d’analyse politique et militaire Alexandre Khramtchikhine.

    « Elles ont exercé inévitablement leur effet, dit Khramtchikhine. Elles l’ont exercé par définition parce que les sanctions ont, entre autres, l’effet psychologique. »

    Tout porte à croire que le boomerang des sanctions dont ont averti en Russie et en Europe revient. Personne ne le conteste aujourd’hui.

    Lire aussi:

    Le FMI prévoit une reprise économique en Russie dès cette année
    L'économie allemande perd des milliards d'euros à cause des sanctions antirusses
    Une pétition pour la levée des sanctions antirusses sur le site du Bundestag
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik