Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    La Russie propose au Japon de construire un gazoduc sous-marin

    Economie
    URL courte
    131
    S'abonner

    La Russie a proposé au Japon de construire un gazoduc reliant Sakhaline à Hokkaido par le fond du détroit de La Pérouse, a annoncé mercredi le quotidien économique japonais Nikkei.

    La Russie a proposé au Japon de construire un gazoduc reliant Sakhaline à Hokkaido par le fond du détroit de La Pérouse, a annoncé mercredi le quotidien économique japonais Nikkei.

    Selon le journal, cette proposition - formulée par Moscou en septembre - sera examinée lors de la rencontre entre le président russe et le premier ministre japonais en novembre prochain en marge du sommet de l'APEC à Pékin.

    D'après le quotidien, ce projet suscite un vif intérêt côté russe, car il permettrait d'augmenter les exportations de gaz vers le Japon. Ce dernier cherche à son tour à faire baisser le prix du gaz pour subvenir à ses besoins énergétiques sur fond de fermeture de l'ensemble des centrales nucléaires du pays.

    A l'heure actuelle, le gaz naturel est acheminé vers le Japon par des méthaniers sous la forme liquéfiée. Sa livraison par gazoduc permettrait de réduire de 40% le prix de cet hydrocarbure, estime le journal.

    Tokyo ne pourra cependant pas accepter la proposition russe sans avoir consulté ses partenaires du G7, en premier lieu les Etats-Unis.

    En mai dernier, le groupe de parlementaires nippons Pour un gazoduc entre le Japon et la Russie a proposé au gouvernement de construire un pipeline de 1.350 kilomètres qui relierait l'extrémité sud de Sakhaline à l'île de Hokkaido par le fond du Pacifique. La conduite devrait ensuite traverser le nord de Honshu pour aboutir à Hitachi, préfecture d'Ibaraki, à 150 kilomètres de Tokyo. Selon les députés, le projet coûterait 600 milliards de yens (environ 6 milliards de dollars) et pourrait être réalisé en cinq ans.

    Les parlementaires japonais estiment que le gaz acheminé par ce pipeline serait deux fois moins cher que le GNL. La conduite sous-marine permettrait de livrer environ 20 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an, ce qui équivaut à 1.500 tonnes de GNL et constitue 20% des besoins annuels du Japon.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik