Ecoutez Radio Sputnik
    Economie

    Sanctions: 600 tonnes de viande sous couvert de chewing-gum saisies en Russie

    Economie
    URL courte
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (184)
    0 2510

    Un lot de 600 tonnes de viande en provenance de l'UE que les exportateurs essayaient de faire entrer en Russie sous couvert de chewing-gum et de pâtes de fruit, a été saisi à la frontière, annonce vendredi le Service fédéral russe de contrôle vétérinaire et phytosanitaire (Rosselkhoznadzor) dans un communiqué

    Un lot de 600 tonnes de viande en provenance de l'UE que les exportateurs essayaient de faire entrer en Russie sous couvert de chewing-gum et de pâtes de fruit, a été saisi à la frontière, annonce vendredi le Service fédéral russe de contrôle vétérinaire et phytosanitaire (Rosselkhoznadzor) dans un communiqué.

    Ce lot de marchandises a été découvert dans le port maritime Ust-Luga dans la région de Leningrad.

    "Les exportateurs  ont essayé de faire passer leur production   sous couvert de marchandises dites de couverture, dont le chewing-gum, pâte de fruit, concentrés de jus, champignons congelés et autres. La viande est arrivée dans 26 containers en provenance des ports d'Anvers, de Hambourg et de Rotterdam", indique le communiqué.

    Selon les experts, la viande était produite en Allemagne, Belgique, Pologne et Pays-Bas, donc, interdite d'importation en Russie.

    "A cette occasion, nous avons proposé à Bernard van Goethem, Commissaire européen à la Direction générale de la santé et des consommateurs, de participer personnellement à la visite des containers saisis le 24 octobre dans le port Ust-Luga dans la région de Leningrad",  note le communiqué.

    Dossier:
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (184)

    Lire aussi:

    «L’Occident assis sur la tête de Moscou, les jambes dans le vide, mâche du chewing-gum»
    Mâchez bien, votre gomme vous sauvera la vie!
    Le train chargé du premier lot de blé russe arrive en Chine
    Anvers a fêté les 300 ans de la visite de Pierre le Grand
    L'Europe de l'Est ne veut plus de produits de «seconde sorte»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik