Ecoutez Radio Sputnik
Maroš Šefčovič

Transit du gaz russe vers l’UE via l’Ukraine ? Fini. Tout passera par la Turquie.

© Photo: AFP/JOHN THYS
Economie
URL courte
0800

Les politiciens bruxellois ont tendance à faire les comédiens. Malheureusement, bien souvent la comédie tourne à la tragédie mais ainsi en est-il. Quant à la « surprise » des dirigeants de Bruxelles sur le fait que désormais le gaz russe destiné à l’UE passera par la Turquie et non pas par l’Ukraine, cela fait bien sourire…

En effet, la nouvelle était assez récente mais ne datait tout de même pas d’hier. La visite du président russe Vladimir Poutine en Turquie en décembre de l’année qui vient de s’écouler avait pourtant mis tous les points sur les « i ». A savoir que la Turquie a confirmé une fois encore qu’elle ne se joindra pas aux « sanctions » occidentales contre la Russie, au contraire la Turquie y voyant une énorme opportunité d’accroitre le partenariat bilatéral avec son voisin du nord, un partenariat déjà fort important, compte tenu notamment du niveau des relations économiques et commerciales (la Russie est tout simplement le deuxième partenaire commercial de la Turquie).

L’autre point clé de cette visite chez un partenaire stratégique concernait bien évidemment l’aspect gazier. Gazprom ayant décidé d’abandonner à juste titre la construction du projet « South Stream » et se focaliser sur la construction commune avec la société turque de transport des hydrocarbures Botas d’un second gazoduc russo-turque qui passera sous la mer Noire. L’UE ne s’y attendait alors pas, pas plus que la junte néofasciste de Kiev. Et pourtant ni en Russie, ni en Turquie, on ne s’amuse à jeter des paroles en l’air. Accord signé, il faut se mettre au travail.

Cependant, le vice-président pour l’énergie de la Commission européenne, Maroš Šefčovič, en visite à Moscou hier, a exprimé toute sa « surprise » quant au fait que désormais le gaz russe allant vers l’UE transitera de moins en moins par la « new Ukraine », jusqu’au moment où notre gaz ne transitera tout simplement plus par cette zone. Tout passera alors via notre voisin du sud, la Turquie en l’occurrence. Les technocrates de Bruxelles sont quand même incroyables. En arrivant à Moscou, M. Šefčovič s’attendait certainement qu’on lui annonce que l’accord signé entre la Russie et la Turquie en décembre dernier n’était qu’un poisson d’avril hivernal, et qu’en général il n’allait jamais se réaliser. Pourtant, c’est tout autre chose qu’il a entendu de la part du PDG de Gazprom, Alexeï Miller : « A l’ avenir, Gazprom cessera tout transit de gaz destiné à l’Union européenne via l’Ukraine, pour se focaliser sur la Turquie ».Point.

Et devant le « grand étonnement » de son homologue de l’UE, M. Miller a ajouté : « qu’en cas de refus de l’UE de travailler selon les nouvelles réalités, les volumes de gaz russe destinés à l’Union européenne, iront vers d’autres marchés ».Vraiment difficile d’y ajouter quelque chose si ce n’est trois points importants :

1) Cette manœuvre de la Russie et un véritable triple coup contre Washington et Bruxelles. La junte de Kiev, pour laquelle les USA & UE sont désormais censés porter entière responsabilité, a du fil à retordre. L’Ukraine, ou plutôt ce qu’il en reste, se trouvant déjà dans une situation chaotique, devra désormais oublier les sommes fort importantes que la Russie lui versait pour le transit de notre gaz allant aux consommateurs de l’Union européenne. Un transit d’ailleurs trop souvent source de chantage de Kiev envers Moscou. Fini. Aux nouveaux « parrains » d’en prendre donc soin. Ce n’est plus le problème de la Russie de garder à flot l’économie ukrainienne. Une réalité donc à laquelle il leur faudra là-encore bien s’adapter.

2) La Turquie en sort également gagnante. Et possèdera désormais des leviers supplémentaires de pression sur l’UE.

3) Quant à la Russie, elle a montré une fois encore que c’est bien elle qui choisit avec qui elle fera affaire et avec qui elle ne fera pas. La Turquie étant un partenaire beaucoup plus fiable que l’Ukraine « nouvelle version ». Et malgré des désaccords évidents sur des questions de politique internationale, surtout en ce qui concerne la Syrie, où Moscou et Ankara partagent des positions pratiquement diamétralement opposées, et dans une moindre mesure sur la Crimée, les deux pays ont montré qu’ils ont aussi et surtout un bon nombre de positions communes. Et en premier lieu, celui de la défense de leurs intérêts nationaux réciproques. La Turquie a beau être membre de l’OTAN, et ne pas partager un certain nombre de positions avec la Russie, elle a au moins le mérite d’être capable de mener une politique indépendante et souveraine, surtout lorsque cela touche à ses intérêts les plus stratégiques.

Le tout à la très grande différence des nombreuses colonies étasuniennes sur le continent européen.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik