Ecoutez Radio Sputnik
    Station gazière

    Accord gazier russo-grec: le Kremlin dément

    © Sputnik . Alexander Mazurkevich
    Economie
    URL courte
    0 301
    S'abonner

    Le magazine allemand Spiegel a annoncé samedi que Moscou et Athènes envisagent de signer un accord en vertu duquel Athènes pourrait obtenir jusqu'à 5 milliards d'euros pour la construction du gazoduc Turkish Stream.

    Il n'existe pas d'entente russo-grècque sur le versement de 3 à 5 milliards d'euros de prépaiements à la Grèce pour le transit de gaz vers les pays européens par le futur gazoduc Turkish Stream, a annoncé samedi soir le porte-parole du président russe Dmitri Peskov. 

    "Il n'y a pas eu d'une telle entente. Le président russe Vladimir Poutine a lui-même déclaré lors de sa grande conférence de presse que personne n'a demandé d'aide. Les entretiens au sommet ont effectivement porté sur la coopération énergétique. Les deux pays se sont mis d'accord d'étudier au niveau d'experts les questions relatives à la coopération énergétique. La Russie n'a pas promis d'accorder une aide financière, parce qu'il n'y a pas eu de demandes à ce sujet", a indiqué M.Peskov à la radio russe Business FM.

    Le magazine allemand Spiegel a annoncé samedi, se référant à un haut responsable du parti de la gauche SYRIZA, au pouvoir en Grèce, qu'Athènes et Moscou signeraient le 21 avril un accord bilatéral permettant à la Grèce de recevoir près de 5 milliards d'euros à titre de prépaiement pour la construction du gazoduc Turkish Stream.

    Suite à la décision russe d'abandonner le projet de gazoduc South Stream en raison de la position "non constructive" de l'UE, Moscou a annoncé son intention de construire un deuxième gazoduc russo-turc sous la mer Noire, qui sera baptisé Turkish Stream, et de mettre en place un hub gazier à la frontière turco-grecque pour les consommateurs européens.

    Le PDG du géant gazier russe Gazprom Alexeï Miller a ensuite informé le vice-président de la Commission européenne chargé de l'Energie Maros Sefcovic que le gaz russe destiné à l'Europe passerait par la Turquie au lieu de l'Ukraine.

    Lire aussi:

    La Grèce a "payé cher" les sanctions antirusses de l'UE
    La Grèce pourrait mettre ses bases militaires à la disposition de la Russie
    Turkish Stream: cinq pays des Balkans évoqueront leur participation au projet
    Turkish Stream: la Grèce dénonce la "forte pression" exercée par les USA
    Tags:
    gaz, Turkish Stream, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Grèce, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik