Ecoutez Radio Sputnik
    Graphique

    Forbes: la Russie, un marché d'investissement populaire malgré les sanctions

    © Flickr / Ken Teegardin
    Economie
    URL courte
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    0 814
    S'abonner

    Selon le magazine américain Forbes, l'économie russe résiste bien aux facteurs négatifs dont le conflit en Ukraine et la chute des prix du pétrole.

    L'économie russe se porte assez bien un an après l'adoption des sanctions contre Moscou sur fond de conflit en Ukraine et représente un marché d'investissement populaire, estime le magazine américain Forbes.

    "Le PIB russe est en hausse et cette tendance se maintiendra sans aucun doute. Si vous calculez le taux d'inflation russe selon la méthode américaine, il serait inférieur" au chiffre officiel (16,9%), a indiqué David Herne, responsable du fonds SPRING Investment Group.

    Selon M.Herne, la croissance nominale du PIB russe se situe au niveau de 8%.

    Une couverture non objective de la situation en Russie par les médias occidentaux a semé la panique parmi les investisseurs au début de l'hiver, estime le magazine. "On diffuse beaucoup d'informations confuses sur la Russie. C'est de la propagande européenne, américaine et russe. On investit en Russie à ses risques et périls. On l'observait surtout en janvier et décembre derniers. En septembre, de nouvelles sanctions ont été adoptées contre les sociétés énergétiques russes. Mais l'économie russe présentait plusieurs avantages ignorés par les investisseurs", note Arent Thijsen, homme d'affaires néerlandais, cité par le magazine.

    Selon M.Thijsen, ce n'est pas l'amour du président russe Vladimir Poutine qui fait les investisseurs placer leur argent en Russie, mais trois raisons: "valeur, valeur et encore de la valeur".

    "Il est difficile de nuire à la Russie et les sanctions ne fonctionnent pas. Des sociétés essuieront des pertes (…), mais la situation s'améliorera dans un an. Et elle s'améliorera davantage un an plus tard", a noté M.Thijsen.

    La petite dette extérieure est l'un des facteurs qui a permis à l'économie russe de s'en sortir, d'après Forbes. Si la dette était grande, le pays se retrouverait dans une situation beaucoup plus difficile. "La dette représente actuellement 14% du PIB russe. L'économie nationale n'est pas endettée: ni la population, ni le secteur public, ni la plupart des sociétés privées ne sont pas touchées par les dettes. Cela permet à la Russie de s'isoler. Il y aura des crises. Des marchés s'effondreront. Mais la Russie reviendra en force", conclut le magazine.

    Selon un sondage réalisé en 2015 par le Chartered Financial Analyst (CFA) Institute, la Russie se trouve parmi les quatre marchés d'investissement les plus prometteurs du monde, aux côtés des Etats-Unis, de la Chine et de l'Inde. 

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    La Russie, un marché attrayant pour les investisseurs dès 2015 (expert US)
    La Russie restera ouverte aux investissements étrangers (Poutine)
    Forbes: les Criméens vivent mieux au sein de la Russie
    Forbes: la Russie en voie de dépeuplement n'est qu'un mythe
    Tags:
    PIB, investissements, Forbes, Arent Thijsen, David Herne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik