Ecoutez Radio Sputnik
    Une hryvnia qui brûle

    La Russie refuse de restructurer la dette ukrainienne

    © Sputnik . Alexandr Demyanchuk
    Economie
    URL courte
    Situation économique en Ukraine (85)
    0 1145
    S'abonner

    La Russie refuse de restructurer la dette souveraine de l'Ukraine et demande à Kiev de verser une nouvelle tranche de remboursement en juin, a déclaré le vice-ministre russe des Finances, Sergueï Stortchak.

    Moscou ne participera pas à la restructuration de la dette ukrainienne, a annoncé jeudi Sergueï Stortchak. 

    "Non, nous ne participerons pas à cette opération", a-t-il souligné. 

    Le vice-ministre a également fait savoir que Moscou avait invité Kiev à effectuer en juin de nouveaux paiements à titre de remboursement de sa dette souveraine.

    Le 10 avril dernier, le Comité des créanciers privés de l'Ukraine — qui réunit les détenteurs de titres pour 10 milliards de dollars — a également refusé d'éponger les dettes ukrainiennes. 

    D'ici 2019, Kiev doit économiser 15 milliards de dollars sur le service de sa dette extérieure. Telle est une condition parmi d'autres que l'Ukraine doit respecter pour obtenir un nouveau soutien financier de la part du Fonds monétaire international (FMI). 

    Au terme de mars 2015, la dette extérieure de l'Ukraine a augmenté de 8,3%, soit de 2,4 milliards de dollars, pour atteindre 32,8 milliards de dollars. Selon les prévisions de la Banque nationale, d'ici la fin de l'année, la dette globale du pays constituera 93% de son PIB.

    Dossier:
    Situation économique en Ukraine (85)

    Lire aussi:

    L'Ukraine en défaut de paiement technique
    Un effondrement de l'Ukraine plus dangereux pour l'UE que celui de la Grèce
    Un requin arrache une partie du bras d’un plongeur qui parvient à nager jusqu’à la côte – photos
    Une meute de loups entame une «chasse à l’homme» en Russie – vidéo
    Tags:
    Fonds monétaire international (FMI), Sergueï Stortchak, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik