Economie
URL courte
2362
S'abonner

Le géant pétrolier français Total s'est retiré du projet Chtokman, cédant à Gazprom la totalité de sa participation.

Total a cédé à Gazprom sa participation de 25% dans le projet gazier géant Chtokman dans l'Arctique russe, gelé depuis près de deux ans, annonce mercredi le journal Vedomosti, se référant à des sources proches des négociations.

Selon le journal, l'accord a été trouvé la semaine dernière lors d'une rencontre entre le PDG de Gazprom, Alexeï Miller, et le directeur général de Total, Patrick Pouyanné, pendant le Forum économique international de Saint-Pétersbourg.

Le géant pétrolier français avait déjà enregistré une dépréciation de 350 millions de dollars dans ses comptes en 2014 pour son retrait du projet, car "le schéma technique de développement ne donnait pas une rentabilité acceptable".

Des experts français interrogés par l'agence Sputnik estiment que la décision de Total est principalement liée au fait que le projet a été gelé il y a deux ans et que si les travaux devaient être relancés, ce ne serait pas pour demain. Selon les experts, il n'y a aucun rapport avec les sanctions antirusses, la réalisation du projet ayant été plusieurs fois repoussée avant leur adoption.

L'énorme gisement gazier de Chtokman, dont les réserves sont  estimées à 3.800 milliards de mètres cube, est situé en mer de Barents, à 550 kilomètres au nord des côtes russes.

Lire aussi:

La Russie cessera d'exporter du gaz via l'Ukraine après 2019
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Coronavirus: Paris n’est pas assez préparé, selon Agnès Buzyn
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Tags:
gaz, Total, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook