Economie
URL courte
12424
S'abonner

L'effondrement des bourses asiatiques a également affecté les marchés américains, bien que leurs baisses à la clôture lundi soient moins importantes que les places financières européennes et asiatiques.

La Bourse de New York a terminé lundi sur une nouvelle chute de plus de 3%, soit près de 600 points. Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a enregistré son pire déclin en une séance depuis août 2011 en perdant 3,58%, soit 588,47 points.

Le Nasdaq à dominante technologique a pour sa part baissé plus fortement, de 3,82%, soit 179,79 points.

Les inquiétudes liées à la tendance à terme de l'économie chinoise ont entraîné une baisse des cours des matières premières industrielles, dont l'aluminium qui a atteint son plus bas depuis 2009.

Le secteur de l’énergie a également affiché des pertes importantes avec un indice boursier sectoriel en recul de 4,27%, suite à une nouvelle baisse du prix du pétrole brut avec un baril sous les 40 dollars sur le marché de New York.

Au lendemain du "lundi noir", la dégringolade se poursuit à l'ouverture des marchés asiatiques. Ainsi, Shanghai a ouvert sur un recul de 6,41%, au plus bas depuis le mois de décembre.

A Tokyo, l'indice Nikkei, qui avait chuté de plus de 3% au début de la journée, a par la suite réussi à effacer la totalité de ses pertes de la matinée avant de rechuter de 3%.

A Hong Kong, l'indice Hang Seng a ouvert en recul de 0,6%, après quoi il est repassé dans le vert pour reprendre 1,96 %, après un peu plus d'une heure d'échanges.

Lire aussi:

Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Macron «obsédé par le grand remplacement»?
Le Premier ministre arménien réagit à la résolution du Sénat français sur le Haut-Karabakh
Tags:
chute, marchés, bourse, Hang Seng, Nikkei, Nasdaq, Bourse de New York, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook