Ecoutez Radio Sputnik
    Lady market, Hong Kong, Chine

    L’afflux de marchandises chinoises menace-t-il l'économie européenne?

    © Flickr/ Michael O'Connell-Davidson
    Economie
    URL courte
    12148145

    En 2016, le volume des exportations des produits chinois en Europe augmentera de façon considérable, ce qui aura un impact néfaste pour l'économie européenne, indique un centre d'analyse américain.

    L'attribution éventuelle du statut d'économie de marché à la Chine dans le cadre de l'OMC provoquera une chute de la production en Europe et une hausse du chômage d'ici 2020, affirme le think-tank américain Economic Policy Institute (EPI) basé à Washington.

    À son entrée à l'OMC, en 2001, la Chine a été enregistrée comme une économie non marchande. Selon les règles de l'OMC, les marchandises chinoises exportées vers l'Europe sont actuellement soumises à une législation spéciale comprenant l'application des mesures antidumping et même d'embargo.

    L'attribution du statut d'économie de marché prévue pour 2016 changera la donne, permettant l'accès des marchandises chinoises à des prix plus qu'abordables sur le marché européen, ce qui aura un impact néfaste sur l'économie de l'UE, ont expliqué des experts de l'EPI.

    Selon eux, les échanges commerciaux entre Pékin et l'UE, qui s'élèvent actuellement à un milliard d'euros par jour, pourraient augmenter de 50% d'ici 2020. L'afflux de marchandises chinoises à des prix beaucoup moins élevés sur le marché européen provoquera une chute de la production en Europe, dont le montant variera entre 114.100 et 222.000 milliards d'euros par an.

    Cela signifie qu'entre 1,7 millions et 3,5 millions de personnes risquent de perdre leur travail notamment dans les domaines de l'industrie manufacturière (entre 779.300 et 1558.700 emplois détruits), des hautes technologies et des produits électroniques et d'optique (entre 143.900 et 287.900 emplois détruits), de l'industrie du meuble (entre 92.500 et 185.000 emplois). Un risque pèsera en outre sur les emplois dans les domaines de la fabrication des composants automobiles (1200.000), du papier (647.000), de l'acier (350.000), des produits céramiques (338.000), du verre (100.000), de l'aluminium (80.000), des vélos (28.000), la liste n'étant pas exhaustive.

    Ce problème touchera essentiellement la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie, la Pologne, l'Espagne, la Roumanie ou encore les Pays-Bas, estiment les experts.

    Les positions de la Chine sur le marché international ne cessent de se renforcer depuis son entrée à l'OMC (organisation internationale établissant les règles qui régissent le commerce international, ndlr). L'application de la clause de la nation favorisée (clause « par laquelle chaque État signataire s'engage à accorder à l'autre tout avantage qu'il accorderait à un État tiers », ndlr) a contribué à l'élargissement de la présence des entreprises chinoises sur le marché mondial.

    Ces nouvelles conditions ont permis à la Chine de devenir la deuxième puissance économique après les Etats-Unis. Pourtant, les mesures antidumping appliquées par les pays de l'UE envers les marchandises de la Chine, considérée comme une économie non marchande, limitaient l'activité des producteurs chinois en Europe.

     

    Lire aussi:

    Rencontre au sommet USA-Chine: les questions clés
    Chine: l'instabilité économique fait partie de la stratégie nationale
    Raffarin: Russie-Chine-Europe, triangle de prospérité
    Tags:
    marchés, commerce, chômage, échanges commerciaux, économie, OMC, Italie, Pékin, Europe, Chine, France, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik