Ecoutez Radio Sputnik
    élevage porcin

    Stéphane Le Foll à Moscou pour aménager l'embargo sur le porc

    © Sputnik. Tatyna Firsova
    Economie
    URL courte
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (185)
    714592560

    Le ministre français de l'Agriculture Stéphane Le Foll admet une possible "ouverture" de l'embargo sanitaire russe frappant la viande porcine européenne depuis 2014.

    Néanmoins, cette levée partielle ne concerne pas toute l'Europe, a-t-il précisé vendredi, lors de sa visite à Moscou.

    "On avance vers l'ouverture de l'embargo sur la base d'une régionalisation. Ça ne concernerait pas toute l'Europe", a déclaré à l'AFP M. Le Foll à l'issue d'un entretien avec son homologue russe Alexandre Tkatchev.

    Selon le ministre français, "il y a une possibilité d'ouvrir des discussions avec la Russie", en ajoutant qu'il "ne faut pas grand-chose pour que l'embargo soit levé".

    Moscou a décrété en janvier 2014 un embargo sur le porc européen, officiellement motivé par la découverte de quelques cas de fièvre porcine africaine chez des sangliers morts en Lituanie et en Pologne. L'UE a porté plainte contre cet embargo devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

    L'embargo russe a particulièrement affecté les éleveurs français. Le ministre français de l'Agriculture a évalué les pertes liées à cet embargo à 44 millions d'euros pour la filière porcine française, malgré la hausse des exportations vers la Chine, qui n'avaient pas suffi à compenser la fermeture du marché russe. En outre, en raison de la fermeture du marché russe, il y a "100.000 à 150.000 tonnes de porc supplémentaires sur le marché européen", a précisé M.Le Foll.

    La députée européenne du parti Les Républicains Nadine Morano a qualifié l'embargo de "tragique" pour l'agriculture nationale et a appelé les autorités à entamer un dialogue avec la Russie pour régler ce problème.

    La "reprise des négociations pour une exportation de gras et d'abats de porc (produits non soumis à l'embargo diplomatique) vers la Russie" a fait également partie des demandes formulées au gouvernement par le syndicat national des industries de la viande (Sniv) l'été dernier.

    Dossier:
    Riposte russe aux sanctions de l’Occident (185)

    Lire aussi:

    France: nouvelle grogne des agriculteurs en vue
    Embargo russe: perte de 20 centimes le kilo pour les éleveurs français de porc
    Le Figaro: l’agriculture française fragilisée par l'embargo russe
    Moscou autorise les importations de porc français
    Tags:
    embargo, porc, Union européenne (UE), Nadine Morano, Stéphane Le Foll, Moscou, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik