Economie
URL courte
18630
S'abonner

Les autorités américaines soupçonnent Volkswagen d'avoir recouru à des logiciels de manipulation des tests sur les émissions polluantes de ses moteurs diesels sur des grosses cylindrées.

L'agence américaine de protection de l'environnement (EPA) a annoncé que le constructeur automobile avait installé un logiciel de manipulation sur plusieurs milliers de véhicules Audi, Porsche et VW dotés de moteurs diesels V6 3,0 litres en vue d'altérer leurs caractéristiques d'émissions de manière interdite.

Ce nouveau volet de l'enquête engagée contre le groupe allemand indique que les moteurs V6 de trois litres étaient équipés du fameux logiciel permettant de dissimuler lors des tests le fait que les émissions réelles d'oxydes d'azote (NOx) étaient jusqu'à neuf fois supérieures aux seuils autorisés aux Etats-Unis.

Au moins 10.000 voitures, des Volkswagen Touareg, des Porsche Cayenne, différents modèles d'Audi Quattro ainsi que des Audi Q5, seraient concernées sur le marché américain.

Volkswagen, qui a reconnu en septembre avoir installé un logiciel de manipulation sur 11 millions de véhicules à travers le monde, a contesté ces nouvelles accusations. Par le passé, Volkswagen avait opposé pendant plus d'un an des démentis similaires avant de reconnaître avoir triché sur les émissions de ses moteurs quatre cylindres sur plus de 480.000 véhicules aux Etats-Unis.

Cet élargissement de l'enquête US pourrait être source d'embarras pour Matthias Müller, nouveau patron du groupe nommé en remplacement de Martin Winterkorn, emporté par le scandale. Pour l'heure, aucun autre constructeur automobile n'a été incriminé aux Etats-Unis.

Lire aussi:

WWF: Volkswagen serait victime de la concurrence
Après Volkswagen, Total dans le collimateur des USA
Volkswagen: Ségolène Royal lance une enquête "approfondie"
L'assassinat de Samuel Paty, une autre pomme de discorde entre la France et la Turquie
Tags:
moteur diesel, oxydes d'azote, émissions, automobile, Porsche Cayenne, Volkswagen Touareg, Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), Volkswagen AG, Martin Winterkorn, Matthias Müller, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook