Economie
URL courte
45583
S'abonner

En 2014, la France a importé 7,6 milliards de m³ de gaz russe.

Le groupe gazier russe Gazprom a annoncé avoir augmenté ses livraisons de gaz en France de 32% de janvier à novembre de 2015.

"Gazprom a exporté 8,7 milliards m³ de gaz à la France au cours des onze premiers mois de 2015, soit 32% de plus par rapport à la même période de 2014", lit-on dans le communiqué de la société consacré à la visite du PDG de Gazprom Alexeï Miller en France tenue le 2 décembre dernier.

 A Paris, une délégation de Gazprom conduite par M.Miller a rencontré Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée, Emanuel Macron, ministre français de l'Economie, de l'industrie et du numérique, et la numéro deux du groupe gazier ENGIE (ex-GDF Suez) Isabelle Kocher.

Pendant les entretiens, les responsables russes et français ont noté que Gazprom restait "un fournisseur fiable de gaz depuis 40 ans pour l'économie française".

La rencontre de M.Miller avec Isabelle Kocher a notamment porté sur l'avancée du projet de Nord Stream-2 qui prévoit la construction de deux conduites de gaz reliant la Russie à l'Europe sous la mer Baltique. Le nouveau gazoduc doit permettre de renforcer les capacités de Nord Stream-1, en service depuis 2011, qui a une capacité de transport annuelle de 55 milliards de m³ de gaz.

Outre Gazprom (51% des parts de la nouvelle société), Nord Stream-2 implique les allemands E.ON et BASF via sa filiale Wintershall, l'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, l'autrichien OMV (10% chacun), ainsi que le français ENGIE dont la part augmentera de 9% à 10% conformément à un accord signé avec Gazprom le 12 novembre dernier.


Lire aussi:

Gazprom vend du gaz pour la première fois aux enchères
Gazprom et ses alliés européens signent le contrat Nord Stream-2
Hydrocarbures: Gazprom prospectera en Argentine
Gaz en Méditerranée: Gazprom et Eni renforcent leur coopération
Tags:
gazoduc, livraisons, gaz, ENGIE (ex-GDF Suez), Gazprom, Isabelle Kocher, Jean-Pierre Jouyet, Emmanuel Macron, Alexeï Miller, Europe, France, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook