Ecoutez Radio Sputnik
    La pose du gazoduc Nord Stream

    L'Allemagne soutient fermement le projet gazier Nord Stream-2

    © Sputnik. Igor Zarembo
    Economie
    URL courte
    11412

    Selon la chancelière et le vice-chancelier allemands, le projet Nord Stream-2 répond aux intérêts de l'Allemagne, de la France et d'autres pays européens.

    Le vice-chancelier et ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel s'est prononcé dimanche en faveur de la réalisation du projet de gazoduc Nord Stream-2, rapporte le quotidien Frankfurter Allgemeine.

    "Le projet Nord Stream-2 répond aux intérêts de l'Allemagne, je suis d'accord avec la chancelière fédérale" Angela Merkel, a indiqué M.Gabriel au journal.

    Selon lui, le projet revêt une grande importance économique pour l'Allemagne, la France et d'autres membres de l'UE.

    "La Russie livrera du gaz en Allemagne en contournant l'Ukraine par le gazoduc Nord Stream-2. Cet itinéraire suscite de vives critiques de la part de l'UE et des Allemands chargés de la politique extérieure du pays. Mais le ministre de l'Economie estime que le projet est nécessaire", note le quotidien.

    M.Gabriel a toutefois noté que Moscou devrait respecter certaines "conditions politiques". Selon lui, la Russie doit notamment transporter assez de gaz via l'Ukraine même après 2019, l'année de mise en service du Nord Stream-2. Moscou doit en outre garantir la sécurité des exportations de bleu vers l'Europe de l'Est et respecter les normes imposées par l'Allemagne et l'UE au gazoduc Nord Stream-2.

    Le vice-chancelier a dit avoir l'impression que la Russie avait accepté ces conditions et qu'elle recherchait des solutions constructives. Selon lui, l'UE doit faire de même et renoncer aux "combats idéologiques".

    La chancelière allemande Angela Merkel s'est aussi antérieurement prononcée en faveur du "projet purement commercial" Nord Stream-2 réalisé par des investisseurs privés. Le premier ministre italien Matteo Renzi a critiqué sa position, accusant la chancelière de mener une politique de deux poids deux mesures. M.Renzi a rappelé que les sanctions européennes adoptées contre la Russie en 2014 avaient entraîné l'arrêt des discussions sur le projet de gazoduc South Stream.

    Le projet Nord Stream-2 prévoit la construction de deux conduites de gazoduc, à la capacité de 55 milliards de mètres cube de gaz en somme par an, du littoral russe à l'allemand via la mer Baltique. Les deux conduites doivent être mises en service d'ici 2019, date d'expiration de l'accord russo-ukrainien de transit de gaz vers l'Europe.

    Le projet est réalisé par la coentreprise New European Pipeline AG qui réunit le géant gazier russe Gazprom (51%), les allemands E.ON et BASF via leur filiale Wintershall, l'anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, l'autrichien OMV (10% chacun), ainsi que le français Engie (ex-GDF Suez, 9%).

    Lire aussi:

    Président polonais: stopper la construction du Nord Stream 2
    Nord Stream 2: l’Ukraine pourra perdre le transit gazier
    Nord Stream 2: agneau immolé sur l’autel politique?
    Tags:
    gaz, gazoduc, Nord Stream 2, Angela Merkel, Sigmar Gabriel, Ukraine, Europe, France, Russie, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik