Ecoutez Radio Sputnik
    Pétrole

    Prix du pétrole: les prévisions de la Banque mondiale revues à la baisse

    © REUTERS/ Edgar Su
    Economie
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    17615

    La Banque mondiale (BM) a revu à la baisse ses prévisions de 2016 pour le prix du pétrole, passant de 51 dollars à 37 dollars le baril, lit-on dans le rapport de la BM.

    "La baisse de la prévision (de 51 dollar le baril en octobre) a plusieurs causes liées à l'offre et la demande, notamment le retour de l’Iran sur le marché pétrolier international, la hausse de la production américaine, les faibles perspectives de croissance dans les pays émergents, ce à quoi vient s’ajouter l’hiver relativement doux actuellement observé dans l’hémisphère nord", lit-on dans le rapport

    Toutefois, cette baisse ne devrait pas s’étaler dans le temps: "Après la forte baisse enregistrée en début de l’année 2016, les prix devraient se ressaisir, mais le rebond restera moins important que ceux qui ont suivi les fortes baisses de 1986, de 1998 et de 2008. En 2016, les perspectives des prix resteront soumises à des risques baissiers considérables".

    De plus, il faudra attendre la baisse de l’offre du pétrole dont l’extraction coûte cher.

    "Alors que nous envisageons une perspective légèrement à la hausse pour le prix des matières premières durant les deux prochaines années, des risques baissiers significatifs persistent", commente John Baffes, l’économiste en chef de la BM qui a conduit cette étude.

    Cependant, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) exhorte à créer une alliance avec la Russie et plusieurs autres pays producteurs de pétrole. L'objectif de cette alliance serait de réduire la production de pétrole afin d’endiguer la chute des prix de l'or noir, rapporte le journal britannique The Telegraph, citant le secrétaire général de l'OPEP Abdallah Salem el-Badri.

    "Il est important que tous les grands producteurs de pétrole trouvent une solution", a déclaré M.el-Badri lors de la conférence à l'Institut royal des affaires internationales (Royal Institute of International Affairs) à Londres.

    Ainsi, l'OPEP se dit prête à trouver un compromis avec les concurrents après "la 72ème chute des prix du pétrole depuis mi-2014.

    The Telegraph souligne également que le marché du pétrole est encombré et qu’il faut résoudre ce problème dans les plus brefs délais. C'est pourquoi l'OPEP est obligée de négocier avec la Russie et plusieurs autres pays.

    Depuis mi-2014, les cours se sont effondrés d'environ 75%, frappés par une conjoncture défavorable: surabondance de l'offre, demande faiblissante et ralentissement de l'économie mondiale, et en particulier de l'économie chinoise, premier consommateur d'énergie au monde.

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    L'Iran reprend ses livraisons de pétrole à l'Egypte
    Le pétrole à bas prix n'est plus une bénédiction pour l'Occident
    La fin de "la guerre du pétrole", c’est pour quand?
    Harold Hamm, roi du pétrole de schiste
    Tags:
    prix du pétrole, prix, crise, pétrole, Banque mondiale (BM), OPEP, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik