Ecoutez Radio Sputnik
    barils de pétrole

    Après deux jours de hausse, les cours du pétrole repartis à la baisse

    © Flickr/ L.C. Nøttaasen
    Economie
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    588
    S'abonner

    Les cours du pétrole repartaient à la baisse jeudi en Asie, assommés par le bond des stocks de brut américains, qui vient aggraver les inquiétudes sur l'excès de l'offre mondiale d'or noir.

    Les cours avaient clôturé en hausse ces deux derniers jours, les investisseurs espérant des mesures pour réduire la surabondance de brut, avec des rumeurs sur un rapprochement entre l'Opep et Moscou pour discuter d'une baisse de la production.

    Les analystes préviennent toutefois que le rebond ne saurait durer.

    Dans les échanges électroniques en Asie, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars cédait 41 cents, à 31,89 dollars, aux environs de 03h15 GMT.

    Le baril de Brent de la mer du Nord, la référence européenne du brut, pour livraison à même échéance, reculait quant à lui de 33 cents, à 32,77 dollars.

    Le ministère américain de l'Energie (DoE) a annoncé mercredi un bond de plus de huit millions de barils des réserves de brut, à un niveau sans précédent depuis plus de 85 ans, dans un contexte d'offre déjà largement excessive.

    Toute hausse des stocks est considérée comme le signe d'une faiblesse de la demande aux Etats-Unis, premier consommateur de brut mondial.

    Et même si le DoE a fait état d'une légère baisse de la production américaine, elle reste élevée, car la résistance des compagnies empêche toujours la faiblesse des cours de se traduire par un franc déclin de l'offre.

    "Nous sommes sceptiques quant à une nouvelle hausse des cours compte tenu des fondamentaux moroses actuels", a commenté Daniel Ang, analyste chez Phillip Futures.

    Le marché est plombé depuis la mi-2014 par le niveau élevé de l'offre, que ce soit aux Etats-Unis, dans l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ou en Russie, et il a glissé encore plus avant depuis la fin 2015.

    La Réserve fédérale américaine (Fed) a décidé de maintenir en l'état mercredi ses taux d'intérêt, ce qui a affaibli un peu le dollar, signe positif pour les marchés pétroliers. Mais ce facteur ne devrait "pas influencer longtemps" les cours, a également estimé M. Ang.

    Production du pétrole
    © AP Photo / Hasan Jamali
    Le brut est libellé en dollars et tout renchérissement du billet vert le rend moins attractif pour les investisseurs munis d'autres devises.

    Après la hausse de décembre, "la Fed n'a certainement pas exclu une nouvelle hausse des taux d'intérêt en mars", a relevé Capital Economics, cité par l'AFP.

    Mercredi à la clôture, le WTI a pris 85 cents à 32,30 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

    A Londres, le Brent a gagné 1,30 dollar à 33,10 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    Le pétrole à bas prix provoquera-t-il une récession globale?
    Le pétrole, l'arme secrète de Riyad contre Téhéran
    Caracas et Moscou s'uniront pour faire remonter le prix du brut
    Tags:
    prix du pétrole, pétrole, Brent, WTI (light sweed crude), OPEP
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik