Ecoutez Radio Sputnik
    Goldman Sachs

    Goldman Sachs reconnaît le "dysfonctionnement" du capitalisme

    © AP Photo/ Richard Drew
    Economie
    URL courte
    10177

    La forte rentabilité des compagnies du S&P 500 (indice boursier basé sur 500 grandes sociétés cotées sur les bourses américaines) inquiète la banque d'investissement Goldman Sachs. Selon un communiqué publié par l'agence Bloomberg, cette bonne santé générale se maintient depuis trop longtemps d'après la banque.

    Après une chute de presque 2% pendant la crise de 2008-2009, le modèle économique s'est rétabli en 2011 et reste dans un intervalle de croissance compris entre 8 et 10%. Le "plancher" précédent remonte à 2002-2003.

    Goldman Sachs souligne qu'un retour aux indices moyens est toujours inquiétant et qu'une forte rentabilité, dans le contexte d'une croissance plus faible de la demande au niveau mondial, ne promet rien de bon.

    Par ailleurs, souligne la banque américaine, cette situation soulève des questions plus globales concernant l'efficacité du système capitaliste.

    Selon la théorie économique universellement reconnue, la rentabilité doit revenir aux indices moyens. En maintenant une forte rentabilité, de nouveaux acteurs arrivent sur le marché et des guerres tarifaires commencent. Alors qu'une rentabilité basse entraîne la sortie des acteurs plus faibles, ce qui laisse à ceux qui restent une plus grande marge de manœuvre.

    Les analystes de Goldman Sachs supposent que la consolidation dans divers secteurs et la baisse des dépenses soutiennent la rentabilité à un niveau élevé. Et si, malgré la baisse de la demande, la rentabilité ne diminuait pas, les principes de base du système capitaliste seraient enfreints.

    Lire aussi:

    Investissements: la Russie pays le plus attrayant du BRIC (Goldman Sachs)
    Pétrole: Goldman Sachs prévoit un déficit en 2010
    Shell et Goldman Sachs "pires entreprises" de l'année (Greenpeace)
    Les journalistes de Bloomberg espionnent Goldman Sachs
    Tags:
    crise économique, économie, Goldman Sachs Group Inc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik