Ecoutez Radio Sputnik
    Christine Lagarde

    Ukraine: le programme du FMI menacé

    © REUTERS / Ruben Sprich/Files
    Economie
    URL courte
    19421

    L'Ukraine risque d'être privée du programme de soutien financier international en raison de progrès insuffisants dans la lutte contre la corruption.

    Le programme du FMI pour soutenir l'économie ukrainienne ne pourra pas continuer si les autorités de Kiev n'entreprennent les efforts de réforme nécessaires, a déclaré la directrice générale du FMI Christine Lagarde.

    "Je suis préoccupée par la lenteur des progrès de l'Ukraine pour améliorer la gestion des affaires publiques et lutter contre la corruption ainsi que les intérêts politiques dissimulés", a déclaré Mme Lagarde dans un communiqué.

    Selon elle, le pays risque de retomber "dans le cycle des politiques économiques infructueuses qui ont marqué son histoire récente".

    "Il est essentiel que les autorités ukrainiennes agissent maintenant pour remettre le pays sur la voie des réformes", a souligné la directrice générale du Fonds monétaire international.

    La semaine dernière, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, critiqué pour l'absence de progrès dans les réformes, a menacé de démissionner avec tout son cabinet, deux jours après le départ de son ministre de l'Economie réformateur, Aivaras Abromavicius.

    Christine Lagarde a fait part de son inquiétude suite à la démission de M.Abromavicius.

    Le FMI est le principal bailleur de fonds de l'Ukraine. Début 2015, l'institution a accordé à Kiev un plan d'aide de 17,5 milliards de dollars conditionné à un plan de réformes économiques.

    Lire aussi:

    Le FMI a tranché: la dette ukrainienne envers la Russie est bien souveraine
    Le FMI prévoit une baisse du PIB ukrainien de 11%
    Réformes en Ukraine: le FMI invite Moscou à coopérer
    Tags:
    programme d'aide, aide financière, crise en Ukraine, réformes, Fonds monétaire international (FMI), Aivaras Abromavicius, Arseni Iatseniouk, Christine Lagarde, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik