Ecoutez Radio Sputnik
    L'Iran veut accroître sa production pétrolière de 700.000 bpj

    L'Iran veut accroître sa production pétrolière de 700.000 bpj

    © AP Photo / Vahid Salemi
    Economie
    URL courte
    12131
    S'abonner

    L'Iran a pour objectif d'accroître sa production de pétrole de 700.000 barils par jour (bpj) dans un proche avenir, a déclaré samedi le vice-ministre du Pétrole, Rokneddin Javadi.

    "L'un des objectifs du sixième plan de développement de l'Iran est de produire 4,7 millions de bpj de pétrole brut. Pour y parvenir, nous devons accroître notre production de 700.000 bpj", a dit le vice-ministre, cité par l'agence de presse iranienne Shana.

    De son côté, un haut responsable de la compagnie nationale iranienne des pétroles (NIOC), Mohsen Ghamsari, a annoncé samedi que l'Iran avait augmenté ses exportations pétrolières de 500.000 bpj depuis la levée des sanctions internationales, rapporte Reuters.

    "Comme nous nous y étions engagés, nous avons pu augmenter nos exportations de 500.000 bpj peu après la levée des sanctions", a dit le directeur des Affaires internationales à la National Iranian Oil Company, cité par l'agence de presse iranienne Fars.

    En janvier, l'Union européenne a adopté la levée des sanctions économiques et financières contre l'Iran, juste après le feu vert de l'AIEA à la mise en œuvre de l'accord nucléaire signé en juillet avec les grandes puissances.

    L'accord garantit le caractère civil du nucléaire iranien et rend quasi impossible la construction d'une bombe atomique. Sa signature, en juillet 2015, a mis fin à plus d'une décennie d'isolement diplomatique de l'Iran, dont l'économie a été lourdement pénalisée par les sanctions occidentales.

    Lire aussi:

    La Russie enverra en Iran le premier complexe S-300
    Le directeur général d'un groupe pétrolier US en visite en Iran
    L'Iran vend son pétrole à l'Europe 1,25 dollar moins cher que l’Arabie saoudite
    Tags:
    pétrole, production petrolière, sanctions, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik