Economie
URL courte
48349
S'abonner

Faute d'acheteurs, l'Ukraine a décidé de réduire substantiellement le prix de ces biens publics mis aux enchères

Le Fonds des biens publics de l'Ukraine (FGIU) tiendra entre le 15 et le 18 mars une vente aux enchères des blocs d'actions de certaines entreprises d'Etat avec 60% de rabais, a annoncé le Fonds dans un communiqué.

"Tous ces blocs d'actions ont été mis en vente plus de 10 fois sans trouver preneur", lit-on dans le communiqué. Dans ce contexte, 22 blocs sont offerts avec 60% de rabais et neuf avec 50% de rabais. Les trois autres seront également mis aux enchères à des prix de faveur.

"La semaine dernière, ces lots ont déjà été offerts avec 50% et 30% de rabais respectivement, mais les ventes n'ont pas eu lieu faute d'acheteurs", affirme le Fonds des biens publics.

Parmi les blocs à privatiser figurent 9,6% des actions de l'Usine de construction navale de la mer Noire, 37,6% des actions de la Société houillère de Lvov et 24,9% des actions de la société anonyme à capitaux publics Loutsenko.

Le 10 mars, la présidente de la Banque nationale d'Ukraine, Valeria Gontareva, a évalué les futures recettes budgétaires provenant de la privatisation de ces biens publics à un milliard de dollars (environ 897 millions d'euros). Selon elle, si l'Ukraine effectue les réformes nécessaires et parvient à privatiser ses biens publics, elle disposera d'ici trois ans de réserves suffisantes pour stabiliser son système financier.

A l'heure actuelle les réserves du pays se chiffrent à 13,5 milliards de dollars (environ 12,1 milliards d'euros).

Lire aussi:

Ukraine: le président approuve le programme de privatisation
L'Ukraine prépare une privatisation d'envergure (président)
L'Ukraine prépare une privatisation d'envergure (président)
Aucune excuse pour «ceux qui développent de nouveaux plans d’agression», prévient Poutine le Jour de la Victoire
Tags:
biens publics, privatisation, Fonds des biens publics de l'Ukraine, Banque nationale d'Ukraine (NBU), Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook