Ecoutez Radio Sputnik
    Production de pértrole

    Gel de la production de pétrole: 12 pays se donnent rendez-vous à Doha

    © Photo: REUTERS/Thomas Peter
    Economie
    URL courte
    Chute des prix du pétrole (171)
    289
    S'abonner

    Douze pays ont confirmé leur participation, le mois prochain, à une rencontre au Qatar pour discuter d’un éventuel gel de la production de pétrole.

    Des pays producteurs de pétrole, membres et non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), se réuniront le 17 avril prochain à Doha pour tenter de stabiliser la production et soutenir les prix du brut plombés par une surabondance de l'offre, rapporte la presse internationale.

    le pétrole
    Archive. © Photo: Flickr.com/Paul Lowry/cc-by

    "Pas un seul pays producteur de pétrole n'est à même de supporter les prix actuels", a indiqué sur Twitter le ministre équatorien des Hydrocarbures Carlos Pareja Yannuzzelli, ajoutant qu'il était optimiste quant aux résultats de la future rencontre dans la capitale du Qatar. 

    Ces discussions à Doha visent à renflouer le cours du brut, qui est passé de 100 dollars le baril en 2014 à environ 40 dollars ces derniers jours.

    La perspective d'un accord global entre les principaux producteurs mondiaux sur un gel de la production au niveau de janvier et le net recul de la production des gisements de pétrole de schiste — plus chers à exploiter — aux Etats-Unis ont conforté les intervenants dans l'idée que le marché avait touché son point le plus bas fin janvier et que la débâcle, qui a duré dix-huit mois, était enfin derrière eux. 

    Néanmoins, les analystes estiment qu'un accord entre les pays de l'OPEP et les pays non-affiliés sur le contrôle de la production lors de leur rencontre à Doha le 17 avril restera de portée limitée si l'Iran ne s'y associe pas. Et ce dernier, qui est membre de l'OPEP et qui a fait son retour sur le marché mondial à la suite de la levée des sanctions internationales, a prévenu qu'il ne participerait pas au gel.

    La République islamique a averti qu'elle comptait avant toute chose atteindre une production de 4 millions de barils par jour et n'envisagerait un gel de sa production qu'une fois ce seuil atteint. D'après le cartel, sa production actuelle est de 3,1 millions de barils par jour.

    Lors de la précédente rencontre à Doha, la Russie, l'Arabie Saoudite, le Qatar et le Venezuela ont convenu de geler la production de brut en 2016 au niveau de janvier, mais à condition que les autres pays producteurs se joignent à cette initiative. L'Equateur, l'Algérie, le Nigeria, Oman et le Koweït figurent parmi les pays qui s'y sont déclarés prêts. 

    La Libye a déclaré en amont qu'elle n'entendait pas geler sa production de pétrole et ne participerait pas aux réunions des producteurs mondiaux.

    De son côté, le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak a déclaré qu'"environ 15 pays" prévoyaient de participer à la rencontre de Doha et dit que le nombre de participants pourrait être plus important.

    Dossier:
    Chute des prix du pétrole (171)

    Lire aussi:

    Pétrole: le Qatar invite la Russie à envisager un gel de la production
    La condition à laquelle l'Iran soutiendra le gel de la production de pétrole
    Pétrole: vers un gel de la production?
    Tags:
    production petrolière, gel, rencontre, OPEP, Carlos Pareja Yannuzzelli, Alexandre Novak, Equateur, Doha, Oman, Algérie, Qatar, Venezuela, Koweït, Libye, Arabie Saoudite, Iran, Nigeria, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik