Ecoutez Radio Sputnik
    Le pire est à venir? Une crise économique plus grave que celle de 2008 éclaterait

    Le pire est à venir? Une crise économique plus grave que celle de 2008 éclaterait

    © AFP 2017 TIMOTHY A. CLARY
    Economie
    URL courte
    49139781064

    La situation actuelle de l'économie mondiale est similaire à la situation à la veille de la crise de 2008, affirme le milliardaire américain Stanley Druckenmiller.

    Selon l'homme d'affaires, les risques principaux sont liés aux actions de la Réserve fédérale américaine et de la Banque populaire de Chine.

    Il a critiqué la Fed pour sa "politique myope" de faibles taux d'intérêt, ce qui a conduit à la hausse des marchés.

    "Le marché haussier s'épuise", a-t-il fait valoir lors de la conférence Ira Sohn sur l'investissement à New York.

    La politique monétaire accommodante de la Fed a fait que les entreprises accumulent de plus en plus de dettes.

    Selon M.Druckenmiller, la politique identique de la Banque centrale chinoise est aussi nuisible à l'économie mondiale. Le ralentissement de la croissance en Chine est une grande préoccupation, tout comme l'incontrôlable augmentation de la dette américaine.

    La conférence Ira Sohn est l'une des réunions les plus prestigieuses des investisseurs et des gestionnaires de fonds. Lors de la conférence en 2005, M.Druckenmiller avait mis en garde ses collègues que la politique d'Alan Greenspan, qui était alors président de la Réserve fédérale, se traduirait par une bulle immobilière, ce qui est finalement arrivée et a englouti l'économie mondiale avec la crise de 2008.

    "La Fed a emprunté à la consommation future plus que jamais auparavant. Elle est la Fed la moins dépendante des données dans l'histoire. Ce genre de myopie provoque un comportement imprudent", a souligné le milliardaire américain.

    Dans le même temps, certains économistes estiment que l'état actuel de l'économie mondiale indique qu'elle peut faire face à un ajustement structurel et non pas seulement à une phase baissière du cycle économique.

    "Peut-être que cela n'est pas seulement un cycle économique auquel nous sommes confrontés, mais une sorte d'ajustement structurel de l'économie mondiale dont nous ne comprenons pas encore quelles en sont les conséquences et comment y faire face", a expliqué à Sputnik l'économiste de la Commission européenne Jose Correia Nunes.

    Lire aussi:

    Le FMI appelle à créer un système monétaire plus sûr
    Goldman Sachs reconnaît le "dysfonctionnement" du capitalisme
    Vers une nouvelle crise économique mondiale ?
    Le monde entre en récession
    Tags:
    crise financière, crise économique, Banque populaire de Chine (BPC), Réserve fédérale américaine (Fed), Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • USA Boy
      Le pire est à venir oui, mais le meilleur est aussi à venir.
    • avatar
      NICOG81
      C'est toute la constitution américaine qui est pourrie.
    • ELU
      Les nantis ne connaissent pas le pire... ils le font connaître! La réciprocité est vraisemblable... connaître le pire pour nantir les nantis qui se connaissent...
    • Dolinduz
      La politique accommodante de la FED (et d'autres banques centrales d'ailleurs) fait surtout les affaires des banques... mais pas des entreprises, pas de "l'économie réelle".
      Ça à été dit et redit.
      On va dans le mur, et on continue d'accélérer, en klaxonnant !
    • avatar
      espacedistribution
      Il y a dix fois plus d’argent dans la bulle spéculative que dans l’économie réelle. (72000 milliards de dollars environ dans l'économie réelle. Dans les échanges de biens et de services.)

      L’argent créé par les planches à billets n’est pas réinjecté dans l’économie réelle, mais dans le système spéculatif.

      Les faibles croissances enregistrées dans certains pays, sont dues à ce que les épargnants retirent leurs économies des banques pour vivre ou faire tourner leurs entreprises.

      Les Rothschild récupèrent tout l’or des pays, sous prétexte de dépôts de garantie des dettes souveraines, quand ces pays ont besoin de liquidités, comme ce fut le cas pour le Venezuela ou pour la dette américaine avec fort Knox. (dont les coffres sont vides).

      L’or n’est pas remis en échange de la création monétaire, comme ce fut le cas dans l’affaire du FMI qui causa la chute d’un DSK soupçonneux, sur un transfert d’or de la FED 191 tonnes d'or qui n’arrivaient pas. Or qui devait justifier des tirages spéciaux.

      L’or aujourd’hui est remplacé par de faux lingots en « cœur » de tungstène ou de moindre qualité. Cas allemand et chinois.

      Sur environ 150 000 d’or produit, seulement le quart est en circulation dans le monde. Le reste se trouve dans les sous-sols des Châteaux des Rothschild, en Bavière, Suisse, Angleterre, etc.

      L’arnaque est totale, et digne des méthodes de la Mafia, qui après avoir pillé une entreprise lui met le feu.
    • philps60
      9 experts financiers sur l’imminence d’une grave crise financière
      “Avec ces gouvernements stupides qui impriment des milliers de milliards», alerte l’investisseur Doug Casey, “Une catastrophe aux proportions historiques se développe.”
      “Je ne conserverais pas un capital important dans les banques,” a-t-il expliqué, “la plupart des banques dans le monde sont en faillite.”
    • avatar
      hennauxjean
      Pour que le meilleur soit à venir pour tous les peuples de la terre, comment peut-on y arriver sans passer par un grand nettoyage général et une remise à zéro de tous les compteurs de référence (PNB, Pib, Richesse, Egalité, Liberté, Bonheur, Fraternité, Partage...) ?
    Afficher les nouveaux commentaires (0)