Economie
URL courte
Chute des prix du pétrole (2016) (171)
16174
S'abonner

La compagnie pétrolière nationale iranienne NIOC a annoncé la volonté de Téhéran d'adhérer au gel de la production de pétrole prévu, puisque l'Iran a déjà atteint le niveau de production souhaité.

Auparavant, Téhéran avait exprimé sa volonté de rétablir son niveau de production de pétrole dans les mêmes proportions qu'avant les sanctions (environ quatre millions de barils par jour) et, en conséquence, sa part dans le marché mondial. Cette position a été l'une des raisons pour lesquelles les pays exportateurs ne sont pas tombés d'accord sur la possibilité de geler la production de pétrole au niveau de janvier lors d'une réunion à Doha le 17 avril.

Cependant, le directeur des relations internationales de la NIOC Mohsen Kamsari a déclaré que l'Iran avait déjà atteint son objectif de production. En se référant aux estimations de l'OPEP, il a cité le chiffre de 4,2 millions de barils par jour.

"En conséquence, le chiffre souhaité par le ministre du Pétrole est atteint, et nous pouvons rejoindre le plan pour le gel (de la production, ndlr) du pétrole", a indiqué M.Kamsari cité par des médias iraniens.

Il a toutefois noté que la décision finale relevait du ministre.

Les représentants de plusieurs pays producteurs de pétrole se sont réunis le 17 avril à Doha. Ils auraient dû signer un accord sur un gel de la production afin d'éviter une nouvelle chute des prix des hydrocarbures. Mais cette initiative a échoué à cause de l'Arabie saoudite, qui a refusé de signer quoi que ce soit sans la participation de l'Iran, qui n'était pas représenté lors de cette réunion dans la capitale qatarie.

Dossier:
Chute des prix du pétrole (2016) (171)

Lire aussi:

Les USA et l’Arabie saoudite derrière l’échec de la rencontre à Doha?
L'Iran va fournir 700.000 barils de pétrole par jour à l'Europe
L'Arabie saoudite peut augmenter sa production journalière de 1 md de barils
L'Iran vendra le pétrole moins cher que l'Arabie saoudite
Tags:
gel, pétrole, Société nationale iranienne du pétrole (NIOC), Doha, Qatar, Arabie Saoudite, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook