Economie
URL courte
Chute des prix du pétrole (2016) (171)
8146
S'abonner

Les prix grimpent suite à la décision du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz al Saoud de limoger son ministre du Pétrole Ali al-Naimi ainsi que sur fond de feux de forêts qui ravagent les régions pétrolifères du Canada.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 46,21 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, annonce l'agence Bloomberg.

Selon l'agence, les prix grimpent suite à la décision du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz al Saoud de limoger son ministre du Pétrole Ali al-Naimi ainsi que sur fond de feux de forêts qui ravagent les régions pétrolifères du Canada.

Le roi Salmane ben Abdelaziz al Saoud a limogé son ministre du Pétrole, en poste depuis 20 ans, dans le cadre d'un remaniement ministériel.

C'est le patron de la compagnie nationale du pétrole, Khaled al-Faleh qui a remplacé le ministre du Pétrole. Le roi ayant décidé d'annuler le ministère du Pétrole, le nouveau responsable est devenu ministre de l'Energie, de l'Industrie et des Ressources minérales.

Même si un temps plus frais permettait lundi de contenir l'avancée des feux de forêts de la région de Fort McMurray, avec une menace moindre pour les installations pétrolières alentour dont certaines commençaient à esquisser une reprise de l'activité, le secteur restait fortement affecté.

Avec plusieurs sites d'exploitation fermés, certains estiment que le manque à gagner pour le Canada en termes de production pétrolière pourrait atteindre entre 1 et 1,5 million de barils par jour, soit environ un quart de toute la production du pays.

Dossier:
Chute des prix du pétrole (2016) (171)

Lire aussi:

Canada: 80.000 personnes fuient un gigantesque incendie
Canada: les incendies de forêts menacent la production de pétrole
Pandémie, en continu: le PIB devrait s'effondrer de près de 10% au 2e trimestre en Allemagne
La visite d’Emmanuel Macron en Seine-Saint-Denis provoque des attroupements en plein confinement – vidéo
Tags:
Ali al-Naïmi, incendie de forêt, démission, pétrole, Brent, Khaled al-Faleh, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Arabie Saoudite, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook