Ecoutez Radio Sputnik
    Extraction du pétrole

    Les exportateurs n'ont pas d'autres options que de geler la production de pétrole

    © AP Photo / Hasan Jamali, File
    Economie
    URL courte
    1092
    S'abonner

    Le vice-ministre koweïtien des Affaires étrangères Khaled Suleiman Al-Jarallah a déclaré que tous les exportateurs d'or noir n'ont pas d'autre choix que de geler le niveau actuel de production.

    Cette question sera au menu de la prochaine réunion des pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui se tiendra le 2 juin.

    "Il n'y a pas d'autres options que de geler le niveau de production", a affirmé le vice-ministre cité par l'agence koweïtienne KUNA.

    Concernant la position de l'Iran, selon le haut responsable, "le marché ne donne pas une chance d'augmenter la production" dans les circonstances actuelles.

    Auparavant, Téhéran avait exprimé sa volonté de rétablir son niveau de production de pétrole dans les mêmes proportions qu'avant les sanctions (environ quatre millions de barils par jour) et, en conséquence, sa part dans le marché mondial.

    Les représentants de plusieurs pays producteurs de pétrole se sont réunis le 17 avril à Doha. Ils auraient dû signer un accord sur un gel de la production afin d'éviter une nouvelle chute des prix des hydrocarbures. Mais cette initiative a échoué à cause de l'Arabie saoudite, qui a refusé de signer quoi que ce soit sans la participation de l'Iran, qui n'était pas représenté lors de cette réunion dans la capitale qatarie.

    Lire aussi:

    Le prix du baril de pétrole pourrait dépasser les 250 USD d'ici 2040
    "L'extraction du pétrole et du gaz dans l'Arctique est illégale"
    "La Russie et l'Iran présentent une menace pour Riyad sur le marché pétrolier"
    La Russie a-t-elle trouvé une alternative aux exportations de pétrole?
    Tags:
    gel, production petrolière, pétrole, Iran, Koweït
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik