Ecoutez Radio Sputnik
    Moscow International Business Center

    La Russie deviendrait un "paradis" pour les investisseurs du monde entier

    © Photo. Wikipedia/GURken
    Economie
    URL courte
    41532

    Les obligations des pays émergents, comme la Russie ou le Brésil, sur fond de chaos politique causé par le Brexit, peuvent devenir un "paradis" pour les investisseurs du monde entier.

    Avant les résultats du référendum sur l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, les pays développés avaient le statut de paradis pour l‘investissement, mais maintenant la situation changerait: les investisseurs peuvent faire face à des risques élevés, rapporte Bloomberg. Le vote pour sortir de l'UE a affaibli la livre sterling et a laissé les investisseurs perplexes concernant l'avenir politique et économique de l'Europe.

    "On peut certainement dire que les marchés émergents sont maintenant plus sûrs que certaines économies développées", a déclaré le responsable de l'une des plus grandes entreprise d'investissement d'Europe Amundi Asset Management, Sergueï Strigo, en notant qu'il envisageait de plus investir dans les obligations russes et brésiliennes.

    "Ironiquement, les sanctions ont aidé la Russie à se protéger. En fait, la Russie a été contrainte de ne pas compter sur les banques européennes ou américaines, c'est pourquoi elle est maintenant relativement en sécurité", a indiqué le chef du département analytique d'Ashmore Group Plc Jan Dehn.

    Pour le moment, selon l'agence Bloomberg, le volume de la demande en euro-obligations russes a déjà totalisé environ 6,3 milliards d'euros, soit 2,5 fois plus que le montant nécessaire.

    Lire aussi:

    "Ici, il y a beaucoup de gaz, de pétrole... et à bas prix"
    Serait-il plus avantageux d’investir en Russie qu'aux USA?
    Washington a mis en garde les sociétés US contre l'achat d'obligations russes
    La Russie fait son retour sur le marché international des capitaux
    Tags:
    paradis, investisseur, investissements, Union européenne (UE), Bloomberg, Royaume-Uni, Brésil, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik