Economie
URL courte
0 16
S'abonner

Pour stabiliser le marché de l'énergie, le prix du pétrole doit se chiffrer à au moins 50 dollars le baril.

Quant au prix actuel des hydrocarbures, il entraînera plutôt la baisse des investissements dans le domaine, a estimé mardi le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh dans un entretien à Handelsblatt. En conséquence, le manque de fonds rendra les compagnies pétrolières incapables de satisfaire la demande croissante pour l'essence.

M. al-Faleh a d'ailleurs nommé d'autres facteurs qui influencent les prix du pétrole. Outre la diminution des investissements, il a pointé l'ambiance instable dans plusieurs pays exportateurs comme le Nigéria.

Néanmoins, les cours du pétrole avancent dans la bonne direction, a fait remarquer le ministre.

Les pays exportateurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dont l'Arabie saoudite fait partie, ont augmenté l'extraction de pétrole, battant des records depuis l'année 2008. Concrètement, il s'agit de 32,73 millions de baril extraits par jour.

Lire aussi:

Et si l’Iran vendait des plantes médicinales au lieu du pétrole?
"Ici, il y a beaucoup de gaz, de pétrole... et à bas prix"
L'Arabie saoudite veut se libérer de sa dépendance au pétrole
Le prix du pétrole saoudien baisse pour l'Europe et augmente pour les USA
Le prix du pétrole franchit à nouveau la barre des 50 USD
Tags:
économie, prix du pétrole, pétrole, OPEP, Khaled al-Faleh, Arabie Saoudite
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook