Ecoutez Radio Sputnik
    L'yuan et le dollar américain

    Les USA craignent d’être rachetés en morceaux par les Chinois

    © AFP 2019 STR
    Economie
    URL courte
    1291
    S'abonner

    Un sénateur américain est préoccupé par la vague d’acquisitions d’entreprises américaines par des Chinois. Il affirme que cela pourrait avoir des conséquences dramatiques.

    Les Etats-Unis devraient suivre la flambée des acquisitions chinoises qui pourraient menacer la sécurité nationale, a déclaré le sénateur américain Sherrod Brown ce jeudi.

    "Nous (les Etats-Unis, ndlr) avons besoin de suivre la hausse des acquisitions des sociétés américaines par des entreprises publiques chinoises, ce qui pourrait poser des problèmes pour la sécurité nationale des Etats-Unis", a déclaré M. Brown lors d'une audition au Congrès pour évaluer les risques financiers de la Chine.

    D’après M. Brown, la situation financière chinoise présente aussi un risque potentiel pour les Etats-Unis et l'économie mondiale en raison d’une dépendance excessive de Pékin pour les prêts.

    En mars, le Comité américain des investissements étrangers a indiqué que, dans les premières semaines de 2016, il y avait un record de 22 offres de fusions impliquant des acquéreurs chinois totalisant 23 milliards de dollars, comparativement à 13 milliards de dollars en 2015 pour l'année entière.

    Ce lundi, Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI) a déclaré que la croissance économique chinoise, plus lente que prévue, pourrait se répercuter sur le monde entier.


    Lire aussi:

    L'homme le plus riche de Chine veut créer sa propre Ligue des champions
    La Chine part à la conquête des marchés européens via la Grèce
    La Chine s’apprête à racheter une importante entreprise allemande
    Le Brexit vu de la Chine: à quand les conséquences?
    Tags:
    rachat, fusion, acquisition, économie, Congrès des États-Unis, Pékin, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik