Economie
URL courte
G20 de Hangzhou (20)
12490
S'abonner

La volatilité des marchés des changes et des matières premières ainsi que les dettes non négligeables des pays développés ralentissent la croissance de l'économie mondiale, a annoncé dimanche à Hangzhou, en Chine, le président Vladimir Poutine.

Et de constater que les conséquences de la crise économique mondiale de 2008 et 2009 n'étaient pas toutes surmontées. "La croissance globale est encore irrégulière et très fragile", a pointé le leader lors d'une rencontre informelle avec ses partenaires au sein du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

"Selon les prévisions, les rythmes de croissance d'avant la crise ne seraient pas atteint avant l'année 2019. Parmi les facteurs ralentisseurs figurent la volatilité du marché des changes et du marché des matières premières et les dettes élevées des pays développés", a expliqué l'homme fort du Kremlin.

La nouvelle vague de l'économie mondiale
© Sputnik . Mikhail Tsyganov
Dans ce contexte, Moscou soutient les priorités de la Chine, qui assume la présidence tournante du G20, orientées sur la stimulation de l'économie mondiale par le biais de l'application des nouvelles technologies.

Selon Vladimir Poutine, la baisse de l'autorité de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et l'émergence des associations commerciales régionales "fermées" constituent une autre source de préoccupation.

"En raison de la stagnation du round des négociations de Doha, elle (l'OMC, ndlr) perd son autorité et le statut de seule plateforme universelle de définition des règles du commerce international", a-t-il souligné.

En conséquence, des partenariats émergent, dont le traité transatlantique (TTIP), qui ne cherchent pas à compléter le rôle de l'OMC, mais à le substituer.

Et de conclure que la Russie prônait l'harmonisation des formats économiques régionaux sur la base des normes et des règles de l'OMC. D'ailleurs, selon M.Poutine, c'est sur ces principes que se base l'Union économique eurasiatique. 

Dossier:
G20 de Hangzhou (20)

Lire aussi:

A l'OMC, les USA s'opposent à l'octroi du statut d'économie de marché à la Chine
Der Spiegel: l’Europe est la risée de l’économie mondiale
Le Brexit nuit à l'économie japonaise mais accroît l'intérêt pour l'or
Cette nouvelle crypto-monnaie pourrait transformer l'économie
Tags:
dette, crise, croissance, Sommet du G20 en Chine, Union économique eurasiatique (UEEA), Organisation mondiale du commerce (OMC), BRICS, Vladimir Poutine, Chine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook