Economie
URL courte
28419
S'abonner

Malgré l’appel de Barack Obama de laisser respirer un peu la Grèce, l'Allemagne a rejeté la proposition du président américain, estimant que l'allègement de la dette rendrait un service d’ours à la Grèce.

Lors de sa visite à Athènes, le président américain a exprimé le souhait de voir les créanciers assouplir leurs positions à l'encontre de la Grèce.

« Pour ma part, je continuerai à plaider dans ce sens auprès des créanciers afin de contribuer à remettre le pays sur les rails d'une croissance économique durable. C'est dans l'intérêt de tous que la Grèce réussisse », a-t-il déclaré, estimant que l'« austérité seule ne peut apporter la prospérité ».

La réaction de l'Allemagne n'a pas tardé à venir. Selon Berlin, il n'est pas question de restructurer la dette de la Grèce, ni de l'alléger.

« Quiconque propose d'alléger la dette ne rend pas service à la Grèce », a ainsi indiqué Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, afin de couper court à tout débat.

Du point de vue des autorités allemandes, l'allègement de la dette grecque empêcherait de réaliser les réformes structurelles indispensables pour la Grèce.

Au début de l'année 2016, les créanciers de la Grèce, à savoir le Fonds monétaire international, le Mécanisme européen de stabilité, la Banque centrale européenne et la Commission européenne avaient déjà débloqué une tranche de prêts pour un montant total de 86 milliards d'euros. La somme avait été versée en échange d'un sévère plan d'austérité et d'une refonte du système de retraites.

Lire aussi:

Grèce: la zone euro s'accorde sur un nouveau prêt de 10,3 milliards d'euros
Roman policier à la grecque: le FMI, Tsipras et WikiLeaks jouent leurs rôles
Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Tags:
allègement fiscal, créanciers, dette, Wolfgang Schäuble, Barack Obama, Athènes, Grèce, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook