Ecoutez Radio Sputnik
    Extraction du pétrole

    L'Arabie saoudite et la Russie acceptent de réduire leur production pétrolière

    © AP Photo/ Hasan Jamali, File
    Economie
    URL courte
    1315501611

    L'Arabie saoudite et la Russie ont consenti à réduire leur niveau d'extraction de pétrole de 486 000 et 300 000 barils par jour respectivement, et ce suite à l'accord conclu par les pays-membres de l'OPEP.

    Après que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a pris la décision de diminuer la production de pétrole de 1,2 million de barils par jour, l'Arabie saoudite a accepté la réduction la plus drastique de 486 000 barils par jour, a déclaré le président de l'organisation et ministre qatari de l'Énergie et de l'Industrie Mohammed Saleh Abdulla Al Sada.

    La Russie a de son côté soutenu l'initiative en acceptant une réduction de son extraction pétrolière de 300 000 barils par jour.

    Plusieurs autres pays, qui ne sont pas membres de l'OPEP, sont prêts eux aussi à diminuer leur production de pétrole de 600 000 barils par jour au total, a ajouté M. Al Sada. Par conséquent, il a invité les pays-membres et non membres de l'OPEP aux pourparlers au Qatar qui sont pour le moment fixés au 9 décembre.

    « L'accord prévoit la réduction de 600 000 barils par jour pour les pays exportateurs clés ne faisant pas partie de l'OPEP. Au cours des débats avec ces pays, nous avons rencontré le soutien et la détermination à contribuer à ces 600 000 barils en plus des 1,2 million de barils de la part de l'OPEP », a déclaré le président de l'organisation lors d'une conférence de presse.

    « Je suis ravi d'affirmer que la Russie a déjà soutenu l'initiative de réduction de 300 000 barils, d'autres pays se sont également prononcés en sa faveur. Nous allons convoquer une réunion pour approuver la décision ».

    Sur fond de décision de l'OPEP, les cours du brut se sont déjà envolés de 9 %.

    Entre-temps, la prochaine réunion des pays-membres de l'OPEP se tiendra le 25 mai et le prochain président de l'organisation sera un ministre saoudien.

    Les pays-membres de l'OPEP ont conclu un accord sur une réduction commune de l'extraction de pétrole de 1,2 million de barils par jour, pour atteindre 32,5 millions de barils, ce à partir du 1er janvier 2017.

    L'Irak a consenti à réduire sa production pétrolière de 200 000 barils par jour, l'Angola d'entre 4 et 5%, le Koweït de 130 000 barils par jour, les Émirats arabes unis de 139 000 barils/jour (jusqu'à 2,8 millions). Les niveaux de production de pétrole en Libye et au Nigéria n'ont pas été pris en considération par l'OPEP. L'organisation a également autorisé l'Iran à augmenter le niveau de production pétrolière, sur fond de la réduction commune, de 90 000 barils par jour pour atteindre le niveau de 3 797 barils.

    L'OPEP a d'ailleurs suspendu la qualité de membre de l'Indonésie et a décidé de répartir son quota de production de pétrole entre d'autres membres.

    Le 30 novembre, Vienne a accueilli une réunion officielle des membres de l'OPEP où l'organisation devait prendre une décision définitive sur la limitation de son niveau de production de pétrole. C'est la première fois que les pays de l'OPEP s'accordent sur une réduction de l'extraction pétrolière depuis 2008.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Le chef de l’Opep prône les contacts entre les pays producteurs
    L’OPEP s’apprête à geler officiellement le niveau de la production de pétrole
    Accord de l'OPEP: «Il est encore trop tôt pour parler d’un accord historique»
    Tags:
    marché pétrolier, production petrolière, réduction, pétrole, OPEP, Mohammad bin Saleh al Sada, Angola, Vienne, Qatar, Koweït, Émirats Arabes Unis, Libye, Arabie Saoudite, Iran, Irak, Nigeria, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    Afficher les nouveaux commentaires (0)

    Grands titres

    • Alexeï Pouchkov

      Quoique la propagande existe dans les médias occidentaux, dont certains rappellent parfois la Pravda du temps de l’URSS, les élites politiques européennes préfèrent en faire porter le chapeau à la presse russe qui présente une vérité gênante et un point de vue alternatif, d’après un sénateur russe qui a accordé une interview en français à Sputnik.

      473188
    • Le «Daechstan» syrien, est-il bien réel?

      Le terme «Daechstan» proposé par Jean-Marc Ayrault, a déjà fait couler beaucoup d'encre et a fait également l'objet d'un entretien de Sputnik avec Gérard Bapt, député du Parti socialiste (PS) et président du Groupe d'amitié France-Syrie.

      5880
    • Spitak : après le séisme

      À 11h41, le 7 décembre 1988, la région nord-ouest de l’Arménie a été dévastée par un fort séisme. En 30 secondes la ville de Spitak a été détruite.

      2401
    • Des tonnes d’agrumes en don aux habitants d’Alep-Est

      Les fermiers syriens de Lattaquié ont envoyé à Alep un convoi de camions chargés d’agrumes. Ces fruits sont destinés aux civils et aux soldats qui tiennent tête aux extrémistes.

      71567
    • Hagi Hassan Brita

      Brita Hagi Hassan est en visite à Paris depuis dix jours. Qui est celui que l’on présente comme le maire d’Alep, invité par des associations et reçu au Quai d’Orsay ? Est-il en train de "circuler entre différentes capitales pour essayer de continuer sa propagande » comme l'estime Gérard Bapt interrogé par Sputnik?

      212324
    • Le président sortant des Etats-Unis Barack Obama

      Barack Obama a reconnu que son pays était impliqué dans l'apparition du groupe État islamique. Cette idée a déjà été énoncée par le président syrien Bachar el-Assad et d'autres hommes politiques, y compris le successeur d'Obama Donald Trump.

      6610153