Ecoutez Radio Sputnik
    La Chine a dépassé les USA pour les investissements directs en Asie du Sud-Est

    La Chine a dépassé les USA pour les investissements directs en Asie du Sud-Est

    © Fotolia / Puchikumo / Klara S
    Economie
    URL courte
    4330

    Cette année, la Chine a doublé ses investissements directs dans six grandes économies de l’Association des pays de l’Asie du Sud-Est et a ainsi dépassé les indices des États-Unis.

    La Chine a des objectifs clairs, elle sait ce qu'elle veut en matière d'accroissement de ses investissements, estime l'économiste du groupe bancaire Credit Suisse Group, Santitarn Sathirathai. Les partenaires de la Chine, eux aussi, y trouvent leur compte. Elle aide ses voisins régionaux (Indonésie, Malaisie, Philippines) à développer les chemins de fer, les centrales électriques et les investissements immobiliers. Ainsi, ses investissements directs dans ces pays, qui sont estimés de 1,6 milliard de dollars en neuf mois, occupent la troisième place derrière Singapour et le Japon. 

    Selon l'expert de l'Institut du marché financier et de la gestion Mikhaïl Bélyaiev, alors que l'administration américaine s'occupait du projet de TTIP qui a finalement échoué, la Chine a augmenté ses investissements sur une base bilatérale. Il explique que cet accord prévoyait la domination des États-Unis dans la région. Ainsi, afin de ne pas le permettre, la Chine a décidé de s'ancrer dans ces pays par le biais des investissements directs dans les domaines industriels.

    En ce qui concerne la présence de la Chine sur le marché des fusions et acquisitions, elle s'y montre très active. L'Australie représente un de ces marchés, même si les investisseurs chinois sont confrontés à certains obstacles lorsqu'ils achètent des avoirs. Par exemple, la vente des fermes et des terres agricoles de la compagnie S. Kidman & Co n'a été conclue qu'après deux tentatives. Finalement, les autorités australiennes ont confirmé qu'ils s'intéressaient aux investissements chinois, mais ils ont fait savoir qu'ils allaient durcir la procédure d'approbation des ventes. 

    Selon l'expert de l'Institut de la globalisation et de la modernisation de la Chine auprès de l'Institut de l'économie extérieure et du commerce Wang Zhimin, l'Australie occupe une place importante dans la construction de la Route maritime de la Soie. En ce qui concerne les avoirs de la compagnie S. Kidman & Co, ce marché est bénéfique pour toutes les parties, assure-t-il.

    Le 11 décembre 2016, 15 ans après l'adhésion de la Chine à l'OMC, selon l'accord signé, tous les pays devaient reconnaître le statut d'économie de marché de la Chine, alors que les États-Unis, l'Union européenne, le Japon et d'autres grands pays refusent encore de le faire. 

    Cependant, la zone de libre-échange entre la Chine et l'Australie a été mise en place depuis environ un an, et la collaboration entre les deux pays se développe, poursuit l'expert. Si les États-Unis, l'UE ou le Japon refusent de reconnaître le statut d'économie de marché de la Chine, en allant jusqu'à déclencher des guerres économiques contre elle, cela conduira à un échec réciproque :

    « En réalité, l'expérience positive de la collaboration entre l'Australie et la Chine donne aux États-Unis, à l'UE et au Japon une nouvelle occasion de se pencher sur la politique qu'ils ont choisie à l'égard de la Chine », conclut l'expert.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Et si la Chine remplaçait les USA au sein de l’accord TPP?
    La «Chine unique», nouvelle pomme de discorde entre l’Europe et les USA
    Mission épineuse du Président français à Pékin
    Tags:
    marché des fusions et acquisitions, économie de marché, économie, Credit Suisse Group, S. Kidman & Co, Union européenne (UE), Singapour, Australie, Chine, Japon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik