Economie
URL courte
Gazoduc Nord Stream 2 (254)
6320
S'abonner

Bien que plusieurs leaders de l’Europe orientale soient prêts à faire tous les efforts pour stopper la réalisation du projet Nord Stream 2, certains d’entre ceux qui sont opposés à la construction du gazoduc estiment que les sanctions énergétiques antirusses ne causeront que du mal.

Même ceux qui se prononcent contre la construction du gazoduc Nord Stream 2 qualifient les nouvelles sanctions antirusses de contreproductives, annonce le Washington Post.

«En dirigeant leur politique contre le projet Nord Stream 2, ils se font plus d'ennemis que nécessaires (…). En fait, s'ils ne "tuent" pas le projet, ils ne feront que le renforcer», a déclaré Georg Zachmann, expert en énergie dans le centre de recherche de Bruegel, à Bruxelles.

Les observateurs constatent que les nouvelles sanctions de Washington contre la Russie incitent l'Europe à acheter du gaz américain cher au lieu du gaz russe bon marché. Essayant de stopper le pipeline Nord Stream 2 entre la Russie et l'UE, Washington vise à exporter son propre gaz naturel liquéfié vers l'UE afin de la rendre ainsi dépendante des États-Unis.

En avril 2017, les entreprises énergétiques Engie, OMV, Shell, Uniper et Wintershall ont conclu un accord avec le géant gazier russe Gazprom sur le financement du projet Nord Stream 2. Aux termes de l'accord, les partenaires européens investiront 50% du coût total du projet de 9,5 milliards d'euros. Ainsi, la contribution de chacune des sociétés s'élèvera à 950 millions d'euros.

C'est pourquoi, dans un communiqué, la Commission européenne a fait part de son «inquiétude» concernant d'une part le «possible impact sur l'indépendance énergétique de l'UE» et d'autre part les «conséquences politiques négatives possibles», rappelant l'importance de coordonner la politique de sanctions entre tous les pays du G7.

Le projet Nord Stream 2 prévoit la construction de deux tuyaux de gazoduc reliant le littoral russe à l'Allemagne, via la mer Baltique. Sa capacité totale sera de 55 milliards de mètres cubes par an. Le chantier doit être terminé avant la fin 2019. Le coût du projet est évalué à 9,5 milliards d'euros.

Dossier:
Gazoduc Nord Stream 2 (254)

Lire aussi:

Nord Stream 2: les pays de l’UE auront-ils le courage de dire «niet» aux USA?
Trump serait obligé d’adopter les sanctions antirusses
Si Trump adopte de nouvelles sanctions antirusses, des contre-mesures sont déjà prêtes
Riposte aux sanctions antirusses: c’est au Président d’en décider
Nouvelles sanctions, la Russie dit... merci et garde le cap
Tags:
sanctions antirusses, Nord Stream 2, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook