Economie
URL courte
18320
S'abonner

Alors que plusieurs experts estiment que Washington souhaite expulser la Russie du marché énergétique en introduisant des sanctions économiques, le président de la Chambre de commerce américaine en Russie est persuadé que ces tentatives sont vouées à l’échec, comme ce fut le cas dans les années 1970.

Les tentatives d'expulser la Russie du marché énergétique européen ont échoué dans les années 1970, et n'auront pas plus de succès à notre époque, a déclaré Alexis Rodzianko, président de la Chambre de commerce américaine en Russie (AmCham).

«Ce n'est pas une idée nouvelle, elle a été soulevée dans les années 1970. Si dans les années 1970 cela n'a pas réussi, je doute que cela réussisse maintenant», a déclaré Alexis Rodzianko.

Le Président américain Donald Trump a signé la loi imposant de nouvelles sanctions contre la Russie. Le Sénat américain a adopté jeudi dernier, par 98 voix pour et seulement deux contre, une proposition de loi sur des sanctions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. La Chambre des représentants du Congrès a approuvé ce texte la semaine dernière par 419 voix pour et trois contre.

Selon le texte, le Président peut imposer des sanctions aux personnes qui comptent investir plus de cinq millions de dollars par an ou un million de dollars d'un seul coup dans la construction de pipelines d'exportation russes, ou bien qui envisagent de fournir des technologies, services ou d'accorder une assistance aux réalisateurs de ces projets énergétiques. Dans le même temps, les États-Unis continueront à s'opposer à la pose du gazoduc Nord Stream.

Les sanctions américaines frappent notamment les nouveaux projets pétrogaziers réalisés en Arctique et sur le plateau continental où les entreprises russes détiennent au moins 33% des parts.

L'UE a qualifié les nouvelles sanctions d'«actions unilatérales de Washington».

En réponse à l'adoption par le Congrès américain de nouvelles sanctions antirusses, Moscou a interdit à l'ambassade américaine l'accès à deux sites dont elle avait la jouissance à Moscou. En outre, Moscou a demandé à Washington de réduire, à partir du 1er septembre, à 455 le nombre des membres du personnel de son ambassade et de ses consulats en Russie. Le ministère a également prévenu que Moscou répliquerait en cas de nouvelles expulsions de diplomates russes par les États-Unis.

Lire aussi:

Moscou se réserve le droit de prendre d'autres contre-mesures face aux sanctions US
Pourquoi Trump signe-t-il la loi sur les sanctions «contenant de gros défauts» selon lui?
Trump signe la loi sur les sanctions antirusses
Kremlin: tous les pays frappés par les sanctions «défendront leurs intérêts»
Même les opposants à Nord Stream 2 contestent les sanctions antirusses
Tags:
énergie, sanctions, Alexis Rodzianko, Donald Trump, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook