Ecoutez Radio Sputnik
    Pétrolier US Clean Ocean en Pologne. Archive photo

    «Les USA ne pourraient pas approvisionner l'UE en gaz à la place de la Russie»

    © REUTERS/ Agencja Gazata/Cezary Aszkielowicz
    Economie
    URL courte
    78702

    En tentant de stopper les fournitures de gaz entre la Russie et l'UE, Washington vise à exporter son propre gaz naturel liquéfié vers l'UE afin de la rendre ainsi dépendante. Pourtant, selon Vladimir Tchijov, ambassadeur permanent russe auprès de l'UE, les tentatives de Washington seraient vouées à l’échec.

    Les observateurs constatent que les nouvelles restrictions de Washington contre la Russie incitent l'Europe à acheter du gaz américain cher plutôt que du gaz russe bon marché. Dans une interview accordée à Sputnik, Vladimir Tchijov, ambassadeur permanent russe auprès de l'UE, a déclaré que même «si les Américains fournissaient gratuitement du gaz naturel liquéfié en Europe, ils ne pourraient pas tout simplement approvisionner l'UE en gaz à la place de la Russie», et pour cause:

    «Actuellement, aux États-Unis, il n'y a qu'un seul terminal d'exportation du gaz naturel liquéfié, qui se trouve en Louisiane. Ils prévoient de construire une demi-douzaine de terminaux dans différentes régions du pays, mais cela nécessiterait, premièrement, du temps. Deuxièmement, le gaz risque de manquer. Troisièmement, en Europe, il n'y a pas tant de terminaux que cela prêts à accepter le gaz liquéfié, et pas tant de bateaux-citernes que cela pour le transporter».

    Selon Vladimir Tchijov, le prix pour 1.000 mètres cubes de gaz naturel liquéfié aux États-Unis sera d'environ 250 dollars sur le marché européen. Ce qui n'est pas rentable pour les Européens, puisque le gaz russe coûte moins cher, mais ce qui n'est pas non plus rentable pour les entreprises américaines, car en Asie et en Amérique latine Washington peut vendre le même gaz pour plus de 300 dollars.

    Pourtant, malgré cela, on voit quand même les intérêts commerciaux dans le texte de loi américain.

    «Dans un paragraphe, on dit que le projet Nord Stream-2 est mauvais, car il sera mauvais pour l'Europe et pour l'Ukraine, qui perdra le transit. Le paragraphe suivant indique que l'administration américaine devrait appliquer tous ses efforts afin d'assurer l'approvisionnement en gaz naturel liquéfié américain sur le marché européen. Et dans quel but? Cela est expliqué assez franchement: afin de créer des emplois pour des Américains.»

    Le Président américain Donald Trump a signé la loi imposant de nouvelles restrictions contre la Russie. Le Sénat américain a adopté jeudi dernier, par 98 voix pour et seulement deux contre, une proposition de loi sur des restrictions contre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. La Chambre des représentants du Congrès a approuvé ce texte la semaine dernière par 419 voix pour et trois contre.

    Selon le texte, le Président peut imposer des restrictions aux personnes qui comptent investir plus de cinq millions de dollars par an ou un million de dollars d'un seul coup dans la construction de pipelines d'exportation russes, ou bien qui envisagent de fournir des technologies, services ou d'accorder une assistance aux réalisateurs de ces projets énergétiques. Dans le même temps, les États-Unis continueront à s'opposer à la pose du gazoduc Nord Stream.

    Les restrictions américaines frappent notamment les nouveaux projets pétrogaziers réalisés en Arctique et sur le plateau continental où les entreprises russes détiennent au moins 33% des parts.

    L'UE a qualifié les nouvelles restrictions d'«actions unilatérales de Washington».

    En réponse à l'adoption par le Congrès américain de nouvelles restrictions antirusses, Moscou a interdit à l'ambassade américaine l'accès à deux sites dont elle avait la jouissance à Moscou. En outre, Moscou a demandé à Washington de réduire, à partir du 1er septembre, à 455 le nombre des membres du personnel de son ambassade et de ses consulats en Russie. Le ministère a également prévenu que Moscou répliquerait en cas de nouvelles expulsions de diplomates russes par les États-Unis.

    Lire aussi:

    Le volume de gaz exporté par le Nord Stream en augmentation de 90%
    S&P: les nouvelles sanctions US augmentent les risques sur le marché européen du gaz
    Un méthanier russe sur la route du Nord pour livrer du gaz européen en Asie
    L'Ukraine n'exclut pas d'être techniquement incapable de faire transiter le gaz russe
    Du gaz russe transitant par l’Ukraine redirigé vers l’Allemagne
    Tags:
    gaz, Vladimir Tchijov, Europe, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik