Ecoutez Radio Sputnik
    Euro

    L'euro grimpe face à un dollar déprimé par les inquiétudes géopolitiques

    © AFP 2018 Martti Kaunulainen / Lehtikuva
    Economie
    URL courte
    19152

    L'euro a dépassé mardi le seuil de 1,20 dollar pour la première fois depuis janvier 2015, face à un billet vert affaibli par les inquiétudes sucitées par la tempête Harvey et par la Corée du Nord, ainsi que par le ton prudent de la banque centrale américaine.

    La monnaie européenne a grimpé mardi à 1,2070 dollar son plus haut depuis janvier 2015. La devise européenne se stabilisait face à la devise nippone, à 130,81 yens, contre 130,86 yens lundi soir, fait savoir l'AFP.

    Le dollar reculait aussi face à la monnaie japonaise, à 108,45 yens, après avoir atteint 108,34 yens lundi vers 23H20 GMT, à son plus bas depuis quatre mois en cours de séance asiatique, contre 109,26 yens pour un dollar lundi soir.

    Les cambistes s'éloignaient des valeurs à risque, alors que la Corée du Nord a mené mardi un tir de missile balistique qui a survolé le Japon pour s'abîmer dans le Pacifique.

    "Le missile s'est abîmé dans l'océan, mais il a au moins touché le moral des marchés, et les investisseurs s'éloignent le plus possible du risque. Vu où le conflit prend place, et les parties impliquées, c'est l'euro, plus que le dollar, qui sert de valeur refuge", ont expliqué les analystes de RaboBank.

    Par ailleurs, les Etats-Unis font face aux inondations monumentales causées par la tempête Harvey, qui paralyse notamment la métropole de Houston.

    "S'il n'est pas certain que la tempête aura un effet marqué sur la macroéconomie américaine, le nombre de personnes recherchant un emploi pourrait toutefois augmenter", ce qui pèserait sur le dollar, a noté Naeem Aslam, analyste chez Think Markets.

    Mais l'analyste soulignait cependant que la faiblesse du dollar était surtout due à la déception des cambistes après la réunion de Jackson Hole, dans le Wyoming, où certains des plus grands banquiers centraux se sont exprimés jeudi et vendredi.

    Janet Yellen, présidente de la Réserve fédérale américaine (Fed) et Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE) se sont abstenus de tout commentaire sur le marché des changes ou sur l'évolution de leur politique monétaire respective.

    Le billet vert, qui s'était stabilisé au mois d'août après plusieurs mois de nette baisse, pourrait être fortement influencé par les prochaines statistiques économiques américaines, dont le rapport sur le chômage et l'emploi aux États-Unis, attendu vendredi.

    Du côté de la zone euro, les investisseurs sont dans l'attente de la publication des chiffres sur l'inflation jeudi et surtout d'une réunion de la BCE le 7 septembre au cours de laquelle doit être discutée l'éventuelle réduction du programme de rachat d'actifs mené actuellement par la banque. L'institut monétaire acquiert actuellement des obligations à hauteur de 60 milliards d'euros par mois.

    Lire aussi:

    Le WSJ présage un futur macabre pour le dollar
    L’euro s’envole après la victoire de Macron
    La Défense japonaise demande un budget record pour 2018
    Tags:
    dollar US, euro, Union européenne (UE), Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik