Ecoutez Radio Sputnik
    Récoltes en Crimée

    La Russie dope le développement de son secteur vinicole

    © Sputnik . Sergueï Anachkevitch
    Economie
    URL courte
    8210

    La superficie des vignobles de Russie devrait doubler ces cinq prochaines années, a déclaré le ministre russe de l’Agriculture.

    La surface des cultures vinicoles en Russie dans cinq ans devrait atteindre 200.000 hectares, ce qui représente une multiplication par deux des superficies de ce type de culture, a indiqué le ministre russe de l’Agriculture Alexandre Tkatchev lors du sommet des viticulteurs de Russie qui se déroule dans le territoire de Krasnodar, dans le sud du pays.

    «Nous voyons cette perspective, nous voyons notre futur, dans cinq ans nous aurons une superficie [des vignobles, ndlr] de l’ordre de 170.000 à 200.000 hectares, contre 90.000 actuellement», a expliqué le ministre.

    Il a ajouté qu'il était prêt à aider les viticulteurs. «Je suis prêt à relever tous les défis, à écouter chaque proposition, à soutenir le développement de l'industrie, non seulement au niveau du ministère, mais aussi au niveau gouvernemental», a lancé M.Tkatchev.

    Selon le ministre, «il y a 7,5 millions d'hectares de vignes dans le monde, dont la moitié en France, en Espagne, en Italie et en Chine». La Russie produit du vin en Crimée et dans le sud du pays, sur le territoire de Krasnodar.

    L’agriculture russe se développe de manière constante depuis les sanctions occidentales et les contre-sanctions qui ont suivi, le secteur vinicole n’échappe pas à cette tendance sur les marchés russes mais aussi internationaux.

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    viticulture, économie, vignoble, Alexandre Tkatchev, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik