Ecoutez Radio Sputnik
    Bitcoin

    Le Bitcoin ne remplacera jamais le rouble en Russie

    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Economie
    URL courte
    2251

    Le statut du rouble en Russie reste inébranlable et aucune crypto-monnaie ne saura le remplacer, considère le ministre russe des Finances.

    Le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, a qualifié le Bitcoin, une crypto-monnaie dont la valeur a explosé ces derniers mois sur les marchés financiers atteignant la barre des 6.000 dollars, de substitut monétaire qui ne pourra jamais remplacer le rouble en Russie.

    «Les Bitcoins ne sont pas des symboles monétaires de la Fédération de Russie, ce ne sont pas des roubles. Il n’y a pas de confiance envers eux. C’est un substitut ordinaire, un substitut monétaire. […] Quoi qu’il en soit, c’est un instrument qu’il vaut mieux laisser uniquement aux professionnels qui comprennent dans quel sens se dirigera l’indice de cette crypto-monnaie. […] Aucune crypto-monnaie ne sera en circulation chez nous», a-t-il déclaré à l’antenne de la télévision russe.

    La semaine dernière, Vladimir Poutine a chargé le gouvernement et la Banque centrale russes de travailler sur des amendements à la législation, réglementant la procédure de placement des crypto-monnaies analogiquement à la réglementation du placement primaire des titres, avec le 1er juillet 2018 pour date butoir.

    De plus, ils sont chargés de préparer des amendements pour déterminer le statut des technologies numériques utilisées dans la sphère financière et leurs concepts, sous la contrainte que le rouble soit la seule monnaie légale en Russie.

    Lire aussi:

    Bitcoin: considérations et paradoxes politiques
    Le cours du Bitcoin serait-il menacé par la Chine et la Russie?
    Adossés à l’or, aux diamants, au pétrole, que valent réellement les «rivaux» du bitcoin?
    Tags:
    cryptomonnaie, rouble, Bitcoin, gouvernement russe, Banque centrale de Russie (BCR), Anton Silouanov, Vladimir Poutine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik