Economie
URL courte
28590
S'abonner

Riche en protéines, résistante non seulement aux froidures, mais également aux maladies et n'exigeant aucun emploi de pesticides, cette espèce de blé a été sélectionnée par le spécialiste russe Bagrat Sandoukhadze qui évoque sa découverte pour Sputnik.

«Dans vingt ou trente ans, le monde entier demandera des céréales à la Russie. Le pétrole et le gaz seront voués à l'oubli», a affirmé le sélectionneur russe.

Là où il y a cent ans il n'était possible de planter que du seigle d'automne, nous voyons pousser aujourd'hui des blés d'hiver de très bonne qualité. Les sélectionneurs de l'Institut Nemtchinovka de recherches en agronomie ont réussi à obtenir des espèces de blé uniques en leur genre qui ne redoutent ni la pluie, ni la neige, ni les insectes ravageurs, ni les maladies. Et ce, en donnant un haut rendement et une bonne qualité.

Le sélectionneur Bagrat Sandoukhadze
© Sputnik
Le sélectionneur Bagrat Sandoukhadze

«Nous avons des conditions climatiques rudes, de Kaliningrad jusqu'au territoire du Primorié [Extrême-Orient — ndrl]. On voulait créer un génotype qui serait adapté à chaque zone», a indiqué à Sputnik le sélectionneur russe Bagrat Sandoukhadze, membre de l'Académie d'agronomie et de l'Académie des sciences de Russie, qui travaille à l'Institut Nemtchinovka.

Les résultats ont dépassé les attentes et l'Institut a réussi à sélectionner plus de 130 espèces.

«Aujourd'hui, dans la zone qui n'est pas adaptée aux céréales, les gènes des espèces sélectionnées luttent contre le froid et la pluie et arrivent à en réduire les conséquences», a-t-il poursuivi. Tout cela grâce à la recombinaison génétique. «La sélection est le moyen le moins cher d'augmenter le rendement et la qualité», a-t-il fait remarquer.

«Notre région [la région centrale, ndlr] est aujourd'hui la meilleure de la zone des terres non noires par le rendement des céréales alimentaires. Nous avons quadruplé le transport de blé», a-t-il indiqué.

Les régions pour l'espèce Moskovski 39 ont été définies en 1994. Aujourd'hui, elle est plantée dans douze régions de Russie. L'année dernière, elle est venue «s'implanter» dans le territoire du Primorié.

Bagrat Sandoukhadze insiste: le blé russe «est d'une meilleure qualité» que les céréales européennes.

«Dans le monde entier, l'augmentation du rendement va de pair avec la baisse de la qualité. Plus la récolte est élevée, moins bonne est sa qualité. La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne obtiennent des récoltes avec 8% à 9% de protéines, alors que la norme est de 14%», a-t-il poursuivi. Dans les espèces sélectionnées russes, les protéines atteignent 18%, a-t-il ajouté.

Le blé russe résistant au froid
© Sputnik
Le blé russe résistant au froid

«Ce blé, qui extrait de l'azote du sol pendant la maturation des graines, est très riche en protéines», a-t-il dit. «Ces espèces n'ont besoin de rien, elles puisent elles-mêmes tout ce qu'il leur est nécessaire.» Et sans engrais artificiels, elles deviennent écologiquement pures.

«Ces espèces n'ont pas besoin de pesticides. Elles ne sont pas atteintes par des maladies. Nous sommes proches d'une agriculture idéale sans pesticides ni herbicides», a expliqué Bagrat Sandoukhadze. «Les céréales les moins chères de grande qualité pousseront en Russie […] Le prix de revient diminuera de moitié, tandis que la qualité sera meilleure», a-t-il noté.

Les espèces européennes ne s'acclimatent pas en Russie en raison des hivers rigoureux. Le pays ne compte aucune espèce de blé d'hiver sélectionné à l'étranger. Le blé d'hiver est «l'unique culture qui ne compte aucune espèce importée».

Le blé des chercheurs de l'Institut Nemtchinovka pousse également en Turquie.

Vladimir Poutine et le ministre russe de l'Agriculture, Alexandre Tkatchev, ont précédemment constaté que l'agriculture russe avait enregistré un rythme important de croissance. La Russie a toutes les chances de «devenir la première puissance agricole du monde», a estimé Alexandre Tkatchev.
L'agence d'analyse russe SovEcon a récemment revu à la hausse ses prévisions concernant les récoltes de céréales en Russie en 2017. Elles devraient atteindre 133 millions de tonnes.

En 2016, la Russie a déjà rentré la meilleure récolte de blé de toute son histoire récente, soit 115 millions de tonnes.

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
pesticides, protéines, sélection, herbicides, céréales, blé, agriculture, Sputnik, Bagrat Sandoukhadze, Alexandre Tkatchev, Vladimir Poutine, territoire du Primorié, Extrême-Orient, Kaliningrad, Royaume-Uni, Turquie, France, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook